dimanche,23 janvier 2022
AccueilDerniers articlesGabon: un militaire tue son fils de 4 ans pour un plat...

Gabon: un militaire tue son fils de 4 ans pour un plat de feuilles de manioc

Ecouter cet article

Victorien Moundouma Bita, caporal-chef dans l’armée de l’air a été interpellé par les éléments de la Brigade de Gendarmerie nationale le jeudi 16 décembre 2021. Ce dernier aurait asséné de violents coups à son fils âgé de 4 ans qui aurait mangé son plat de feuilles de manioc. Le jeune garçon serait décédé alors que son géniteur le conduisait dans une structure hospitalière, rapporte notre confrère de Gabon Review.

La nouvelle a créé un véritable choc et a suscité de vives réactions auprès de la société civile. Selon le récit de nos confrères, le jeudi 16 décembre 2021, Victorien Moundouma Bita aurait constaté que son plat de feuilles de manioc a été mangé par son fils de 4 ans. Une situation qui aurait provoqué le courroux du militaire. Lequel aurait décidé de châtier son fiston en lui assénant des coups à divers endroits avant de vaquer à ses occupations.

De retour à la maison en état d’ivresse, vers 23 heures, il aurait continué à bastonner le gamin. Une énième correction à la suite de laquelle l’enfant aurait perdu connaissance. S’étant rendu compte de la gravité de son acte, Victorien Moundouma Bita aurait pris l’initiative de conduire l’enfant d’urgence, durant la nuit, à l’hôpital militaire du PK 9. Une fois sur place, il aurait indiqué au personnel que « le fiston a fait une chute ». Des propos qui seront rapidement balayés du revers de la main après auscultation de la victime par les médecins. Lesquels vont constater des hématomes sur plusieurs  parties du corps.

Pendant la tentative de réanimation du jeune garçon de 4 ans, les responsables de l’établissement hospitalier ont aussitôt alerté la brigade de gendarmerie du PK 9. Ainsi, des agents de cette unité vont appréhender le caporal-chef Victorien Moundouma Bita, avant de le mettre à la disposition du B2 où il est gardé à vue. Une enquête a été ouverte et au terme de celle-ci, le militaire sera déféré devant le parquet de la République afin de répondre de son acte et d’être fixé sur son sort.

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Enami Shop