mardi,26 octobre 2021
AccueilA La UneGabon: Tania Ondo plaide pour un accouchement humanisé

Gabon: Tania Ondo plaide pour un accouchement humanisé

Ecouter cet article

Le 23 mars 2021, le conseil des ministres a adopté un projet de loi relatif à l’élimination des violences  faites aux femmes. A cette occasion, la création d’un Observatoire national du droit des femmes a  d’ailleurs été annoncée. Si l’initiative est indubitablement louable, j’aimerais toutefois attirer votre  attention sur une forme de violences trop souvent oubliée : les violences obstétricales. 

Je ne vous parle pas de ces douleurs classiques de l’enfantement auxquelles on peut s’attendre et qui,  en somme, n’ont rien de bien traumatisant. 

Je vous parle de ces humiliations et de ces insultes faites à des femmes en situation de vulnérabilité ; de ces déclenchements non médicalement justifiés mais presque imposés aux parturientes pour des  raisons d’organisation du service ; de ces épisiotomies, sutures et révisions utérines réalisées sans  anesthésie ; du mépris de la parole des patientes ; de l’imposition d’une posture d’accouchement  héritée de l’Occident et jamais remise en cause alors même qu’il est avéré qu’elle constitue le  déclencheur d’une série d’évènements parmi lesquels le ralentissement du travail et l’expression  abdominale (une autre pratique décriée par de nombreux acteurs de santé dans le monde et qui  engendre chez certaines femmes des descentes d’organes)… C’est tout cela, et bien plus encore, les  violences obstétricales.  

Je vous prie de ne pas voir dans ma démarche la volonté de jeter l’anathème sur une profession ô  combien noble et si indispensable pour nous les femmes. De nombreux gynécologues etsages-femmes  sont en effet à féliciter pour leur professionnalisme à toute épreuve. 

S’il y a dans la profession des individus aux comportements déviants contre lesquels l’arsenal juridique  actuel permet déjà d’agir, il y a aussi, et surtout, celles et ceux qui, du fait d’un plateau technique  scandaleusement lacunaire et d’un manque cruel de ressources humaines, deviennent malgré eux des  soignants-maltraitants

En effet, comment exercer dans les règles de l’art quand le strict minimum fait si souvent défaut ? En  outre, ne faut-il pas se pencher sur la pertinence de cette mesure privant de l’admission à l’USS tout  candidat âgé de plus de 20 ans ? 

Ce à quoi j’aspire, en tant que femme, mère, juriste et citoyenne, c’est à la mise en lumière de ces  pratiques qui, en définitive, font de la salle de naissance, non plus seulement ce lieu de la toute  première rencontre entre la mère et l’enfant, mais une véritable chambre de torture de laquelle les  femmes sortent traumatisées tels des soldats brisés par la guerre. 

Ce à quoi j’aspire, c’est à une prise de conscience individuelle et collective dont le premier marqueur  n’est autre que la reconnaissance officielle des violences obstétricales comme des violences  particulières faites aux femmes. 

Individuelle, car nombreuses sont ces femmes qui ignorent leurs droits en tant que patientes, la charte  du patient étant d’ailleurs rarement affichée comme la loi l’exige. Parallèlement, nombreux sont ces  professionnels de santé qui semblent ne pas avoir connaissance de leurs obligations vis-à-vis des  usagers de santé. A ce titre, j’ose espérer que le Code de la santé encore en projet consacrera au moins  un Titre entier à la question des droits des patients. 

Collective, car le phénomène n’est pas qu’une banale exception à une routine obstétricale  habituellement bienveillante. J’ai pu le constater à travers des enquêtes que je mène de ma propre  initiative.  

Il vous suffirait, pour vous rendre compte de l’ampleur du phénomène, de mandater un rapport. Vous pourrez notamment constater cette crise de la confiance qui s’est installée à l’égard du corps médical,  alors même que cette notion de confiance est censée être le socle de la relation médecin/patient. 

Nous femmes, constatons et apprécions cette volonté de revalorisation de la femme manifestée par  le Gouvernement. Mais, faut-il le rappeler, nous constituons à ce jour le « moyen de transport le plus  sûr pour arriver sur la terre ». Rien que pour cette raison, permettez-moi de revendiquer pour chaque  jeune fille, chaque femme mariée ou non, un accouchement humanisé. 

Dans l’attente, je vous prie, Monsieur le Ministre, de croire en l’expression de mon profond respect. 

Tania ONDO

Juriste en droit médical.

Laissez votre commentaire

Gabon Media Timehttp://gabonmediatime.com
Gabon Media Time est un site d'actualité dont le slogan est " A l'heure de l'info". Nous entendons réinventer l'actualité en ligne gabonaise et sous régionale.
Enami Shop