mardi,27 juillet 2021
AccueilA La UneGabon: près de 2000 km2 du territoire annexés par des orpailleurs illégaux...

Gabon: près de 2000 km2 du territoire annexés par des orpailleurs illégaux au nez et à la barbe du gouvernement

Ecouter cet article

C’est l’information pour le moins inquiétante que révèle le quotidien L’Union dans sa parution n°13576 de ce mercredi 17 mars 2021. En effet, ce sont environ 2000 km2 du territoire national qui seraient annexés par des clandestins illégaux venus au Gabon pour l’exploitation illégale de l’or, le tout sans aucune réaction du gouvernement qui peine à mettre un terme à cette situation qui, depuis plusieurs années, fait courir des risques sécuritaires au pays. 

Alors que le pays est touché ces dernières années par des cas de piraterie au large de ses côtes, un phénomène tout aussi grave semble s’être développé sous silence dans le tréfond de la forêt gabonaise. L’exploitation illégale de l’or que l’on pensait être maîtrisée par les autorités semble avoir pris des proportions très inquiétantes notamment avec l’annexion d’une grande partie du territoire. 

Selon l’enquête publiée par le quotidien L’Union, l’annexion d’une partie du territoire serait le fait des ressortissants de la République démocratique du Congo, « qui n’hésitaient pas à tirer à vue sur les équipes de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) ». « Plusieurs missions d’écogardes, entraînant des échanges de tirs, seront effectuées entre 2018 et 2019 afin de les déguerpir du parc national de Birougou », peut-on lire. 

Pis, l’enquête révèle que « ce sont encore aujourd’hui effectivement environ 2000 km2 du territoire gabonais qui se retrouvent ainsi effectivement annexés ». Une situation très inquiétante qui pose un problème de sécurité intérieure et qui semble être ignorée par le ministère de la Défense nationale, alors qu’on parle de plus de 5 000 clandestins illégaux qui écument depuis des années la forêt gabonaise. « La présence de ressortissants immigrants illégaux installés dans les forêts gabonaises, armés et exploitant nos ressources naturelles représente une menace permanente pour la sécurité nationale, mais également pour la sous-région », rapporte L’Union.

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme