mercredi,19 janvier 2022
AccueilA La UneGabon: le Roscevac opposé à la battue administrative d’éléphants

Gabon: le Roscevac opposé à la battue administrative d’éléphants

Ecouter cet article

Le ministre des Eaux et Forêts Lee White a sollicité l’autorisation pour l’organisation des battues administratives récemment par une unité spéciale ou par des chasseurs agréés afin de résoudre la problématique du conflit Homme-faune. Une solution que ne partage pas le Réseau des Organisations de la Société Civile pour l’environnement en Afrique Centrale (Roscevac). Ainsi par l’entremise de son président, Nicaise Moulombi ledit collectif a fustigé cette décision qui est en contradiction avec la volonté du Gabon de préserver les écosystèmes et la biodiversité.

Si dans l’opinion, on déplore une recrudescence d’attaques d’éléphants, le gouvernement s’attelle à trouver des solutions pérennes à cette problématique. C’est dans cette optique que le ministre des Eaux et Forêts, Pr. Lee White, avait par le biais d’un communiqué, demandé au ministre de l’Intérieur Lambert Noël Matha la mise en œuvre du décret fixant les conditions d’autorisation des battues administratives dans certaines localités pour tenter d’endiguer le problème du conflit Homme-faune. Une décision qui a été fustigée par Nicaise Moulombi, président du Roscevac.

En effet, Nicaise Moulombi s’est indigné du choix de la solution préconisée par le ministre des Eaux et Forêts. « Il faudrait faire des assises des Eaux et Forêts un préalable d’objectivité avant d’entreprendre des initiatives qui pourraient paraître contradictoires avec les engagements écologiques du Gabon, le code forestier, la loi sur les changements climatiques, le conflit Hommefaune, les problèmes de pollution et en considérant la contribution nationale déterminée (CDN) du Gabon, sa feuille de route et son plan d’investissement » a-t-il déclaré.

Ainsi, le Roscevac demande l’organisation d’états généraux du secteur des eaux et forêts. Lesquels sont déjà en gestation sur la table du gouvernement devraient permettre au ministère des Eaux et Forêts d’explorer les bénéfices des nombreux accords établis avec les partenaires internationaux. De plus, ce diagnostic devrait favoriser un meilleur redéploiement des ressources disponibles afin qu’elles soient profitables aux initiatives de la société civile en termes d’actions pour le développement durable d’ici à 2030.

Selon le Roscevac, plus de 16 000 dossiers sont en attente d’indemnisation suite au conflit Homme-faune. Les statistiques démographiques des éléphants du Gabon nécessitent d’être connues pour élaborer des meilleures stratégies de gestion durable de la biodiversité.

Laissez votre commentaire

Andy Marvine Nzehttp://gabonmediatime.com
Fils de Lambaréné, passionné d'écriture et féru des réseaux sociaux, qui a à cœur d'informer sur l'actualité gabonaise et internationale. Avant j'étais chef de classe, maintenant je suis titulaire d'un Master en Sciences Politiques et relations internationales
Enami Shop