jeudi,27 janvier 2022
AccueilDerniers articlesGabon: la roublardise du Sypeg et du SytSeeg pour casser la grève...

Gabon: la roublardise du Sypeg et du SytSeeg pour casser la grève à la SEEG

Ecouter cet article

C’est par le biais d’une note d’information à l’endroit de l’ensemble de leurs membres adhérents que le Syndicat des personnels du secteur eau et électricité du Gabon (Sypeg) et le Syndicat des travailleurs du secteur eau et électricité du Gabon (Sytpeeg) ont annoncé s’être ouverts à des négociations avec le ministre de tutelle Alain-Claude Bilie By Nze. Une tentative inavouée de court-circuiter la grève générale entamée par les agents desdits secteurs en contestation des nouvelles mesures gouvernementales.

Alors que l’opinion publique était persuadée que les agents du secteur eau et électricité avaient fait front commun pour faire barrage aux mesures du gouvernement jugées impopulaires, la réalité serait tout autre. Et pour preuve, quelques heures seulement après que le Syndicat national des travailleurs du secteur de l’eau et de l’électricité (SYNTEE+) a entamé une grève générale illimitée en raison de l’arrivée à échéance du préavis de grève déposé sur la table de la tutelle, deux autres se sont mêlés à la danse en négociant avec le membre du gouvernement, une continuité du service.

En effet, Alain-Claude Bilie By Nze s’est entretenu le mardi 11 janvier dernier avec les leaders syndicaux du Sypeg et du Sytpeeg. Dans un communiqué parvenu à la rédaction de Gabon Media Time (GMT), les deux syndicats saluent la volonté du ministre de tutelle de s’ouvrir au dialogue social. Occasion pour ces derniers de lister les garanties « verbales » fournies. Il s’agit entre autres de l’exemption de pass sanitaire pour accéder aux agences de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), la délivrance d’autorisations spéciales de circuler aux agents d’astreinte et l’arrimage des mesures exceptionnelles dans tout le secteur eau et électricité.

Seulement, les partenaires sociaux reconnaissent à fine bouche le manque de confiance qu’ils ont envers le gouvernement. À cet effet, le Sypeg et le Sytpeeg ont exigé une notification officielle qui donne force exécutoire à l’ensemble des assurées données afin de permettre une poursuite d’activités. Appréciable, l’élan d’ouverture affiché par Alain-Claude Bilie By Nze laisse entrevoir une tentative de court-circuiter le mouvement de grève du Syndicat national des travailleurs du secteur de l’eau et de l’électricité qui s’est étrangement heurté à l’indifférence du membre du gouvernement. Aussi, l’immixtion du Sypeg et du Sytpeeg dans des négociations alors même qu’ils ne sont pas à l’initiative de la grève, questionne.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop