samedi,4 décembre 2021
AccueilA La UneGabon: la police empêche l'organisation d'un sit-in du Sena et de la...

Gabon: la police empêche l’organisation d’un sit-in du Sena et de la Conasysed

Ecouter cet article

Mobilisés le lundi 08 novembre dernier devant l’entrée principale du Ministère de la Fonction publique pour revendiquer la prise en compte de leurs cahiers de charge, les acteurs du secteur éducatif affiliés à la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed) et le Syndicat de l’éducation nationale (Sena) ont été interceptés par les agents de force de police. En effet, trois camions du contingent de police ont été déployés afin d’empêcher la tenue du sit-in qui devait se tenir devant le ministère de la Fonction publique.

Après des semaines sans que les revendications les plus urgentes ne soient satisfaites, les syndicalistes de la Conasysed et du Sena ont une fois de plus voulu interpeller les autorités gouvernementales et notamment la ministre de la Fonction publique, Madeleine Edmée Berre. Ainsi, un mouvement d’humeur avait été organisé devant ledit ministère le lundi 08 novembre dernier, obligeant les forces de l’ordre à intervenir afin d’empêcher le sit-in.

Une opération mal perçue par les syndicalistes estimant que le recours à une telle méthode n’était pas nécessaire. « Nous sommes tranquilles de notre côté et puis eux ils viennent afin de nous enfermer dans l’enceinte de Martine Oulabou. De quel droit se permettent-ils de faire cela? Qu’est-ce-ce que cela signifie? » se sont offusqués dans une vidéo parvenue à la rédaction de Gabon Media Time, les enseignants présents lors du sit-in  avorté devant le ministère de la Fonction publique.

Pour ces syndicalistes de la Conasysed et du Sena qui attendent depuis plusieurs années la régularisation de leurs situations administratives entre autres, la situation devient insoutenable. D’autant plus que malgré les nombreuses promesses faites par les autorités, les démarches entreprises demeurent en statut quo. Une situation pour laquelle avait été interpellé le Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, le ministre de la Fonction publique Madeleine Edmée Berre et son homologue de l’Éducation nationale Pr. Patrick Mouguiama Daouda  et pour laquelle le dernier cité ne semble toujours pas se soucier, renvoyant ainsi ses compatriotes à leur triste sort.

Laissez votre commentaire

Andy Marvine Nzehttp://gabonmediatime.com
Fils de Lambaréné, passionné d'écriture et féru des réseaux sociaux, qui a à cœur d'informer sur l'actualité gabonaise et internationale. Avant j'étais chef de classe, maintenant je suis titulaire d'un Master en Sciences Politiques et relations internationales
Pub_Moov Money BGFIBank
Enami Shop