vendredi,17 septembre 2021
AccueilDerniers articlesGabon: 1300, 1333, 1450 ces services d’urgence aux abonnés absents

Gabon: 1300, 1333, 1450 ces services d’urgence aux abonnés absents

Ecouter cet article

Actifs depuis des années et ce, bien avant le Service d’aide médicale d’urgence (SAMU) gabonais coordonné par le Dr. Wenceslas Yaba, les services d’urgence joignables aux 1300, 1333 et 1450,ne sont plus que des lointains souvenirs financés par l’État. D’ailleurs, en tentant de les joindre, la rédaction de Gabon Media Time (GMT) s’est heurtée à des difficultés techniques et des indisponibilités.

Le Gabon est un pays dont la couverture médicale publique est assez faible. Et c’est un euphémisme que de le dire tant les carences des structures hospitalières se passent de commentaires. Plateaux techniques défectueux, absence de personnels de santé qualifiés et ou, des problèmes d’ordre logistique telle faible adduction en eau potable et en électricité. C’est notamment le cas dans les zones dites reculées dans l’interland.

Dans l’optique de pallier ces manques, le gouvernement Gabonais a pris soin d’ériger des pôles d’excellence mobiles axés sur la prise en charge des compatriotes. C’est ainsi qu’ont vu le jour, le Service d’aide médicale d’urgence (SAMU) militaire, le Service d’Aide Médicale d’urgence (SAMU) et Service mobile d’urgence et de réanimation de la Caisse nationale de sécurité sociale (SMUR-CNSS), respectivement joignables aux 1450, 1300 et 1333. Seul bémol, leur accessibilité est sujette à moultes griefs de la part des populations.

Ces dernières prétendent avoir perdu de vue ces services médicaux financés par l’État Gabonais à coups de milliards de nos francs depuis plusieurs années pour un rendement des plus déplorables. « Nous ne savons même plus qui est le vrai Samu. Depuis longtemps les 1333, 1450 et les autres sont injoignables. Si tu as la chance d’avoir une personne au téléphone, il te demande ta localisation et te dit que c’est trop loin », a fustigé Elisée Nguema, habitante du quartier Mindoubé 2. Des errements flagrants confirmés par nos investigations. 

Il faut dire que ces manquements criant sont masqués par l’efficacité du Service d’aide médicale d’urgence social gabonais (Samu social Gabonais) coordonné par le Dr. Wenceslas Yaba. Actives tout au long de l’année civile, les équipes de bénévoles ne manquent pas une occasion pour ramener de la joie dans la vie des plus démunis. Cerise sur le gâteau, au-delà de ces campagnes médicales, une portée humanitaire est adjointe. Et ce, par la sensibilisation et la distribution de médicaments gratuits aux populations dans les 9 provinces de notre pays. Vivement un audit des autorités compétentes sur l’existence des autres SAMU budgétivores.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop