vendredi,25 juin 2021
GIF-Enami Shop_GMT-v3
AccueilA La UneZLECAF: le secrétaire général fait le point des avancées avec les parties...

ZLECAF: le secrétaire général fait le point des avancées avec les parties prenantes au Gabon

Présent en territoire gabonais depuis ce lundi 10 mai 2021, le Sud africain Wamkele Keabetswe Mene, secrétaire général de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) en a profité pour rencontrer les parties prenantes locales à ce projet ambitieux. Ainsi, après le Premier ministre Rose Christiane Ossouka rencontré un jour plus tôt, il s’est rendu ce mardi 11 mai au siège du guichet unique d’investissements. Occasion pour lui d’échanger notamment avec la ministre chargée de la promotion des investissements Carmen Ndaot, représentant le ministre du Commerce Hugues Mbadinga Madiya, empêché, et le directeur général du commerce Jean François Yanda.

Cession de partages et d’échanges axée aussi bien sur la participation du secteur privé dans le processus de mise en oeuvre de la Zlecaf, que sur l’implication de celui-ci, la séance de travail de ce mardi 11 mai au siège du Haut conseil pour l’investissement (HCI) a permis de quantifier les efforts fournis par les autorités gabonaises. Autour de la ministre de la promotion des investissements Carmen Ndaot et du directeur général du commerce Jean François Yanda, Wamkele Keabetswe Mene a pu mesurer les avancées réalisées en termes d’appropriation de ce projet.

En effet, en vigueur depuis le 1er janvier dernier, cette Zlecaf qui devrait rapporter au Gabon ainsi qu’aux différents pays signataires de l’accord un véritable dividende mercantile, poursuit son implémentation à travers des consultations nationales, l’élaboration des cartographies de commerce et de services, mais également l’adoption et l’homologation de normes. Sur ce point précis d’ailleurs, ce sont pas moins de 371 normes sur les 494 rendues d’application obligatoire, qui ont déjà été adoptées.

Suscitant un réel engouement du fait notamment de la perspective pour le Gabon d’améliorer son niveau de croissance tout en disposant « d’un levier de développement » comme l’a d’ailleurs souligné Carmen Ndaot, l’opérationnalisation de ce projet de libre échange qui prévoit la suppression des droits de douane pour 90 % des lignes tarifaires sur une période bien définie, devrait par ailleurs permettre de « contribuer aux efforts de transformation structurelle de nos économies ».

Félicitant pour sa part le Gabon pour ses premières avancées notables, Wamkele Keabetswe Mene conscient des « nombreux obstacles à franchir » n’a cependant pas manqué de rappeler la nécessité « d’accentuer le dialogue aussi bien avec les partenaires publics que les partenaires privés ». Toute chose pouvant à terme comme l’a indiqué la ministre de la promotion des investissements, « permettre de soutenir l’émergence d’un secteur privé national fort ». Marquée par la présence du directeur général de l’Agence nationale de promotion des investissements (ANPI) Ghislain Moandza Mboma, le 5ème vice-président de la Confédération patronale Gabonaise (CPG) en charge du social Andrew Gwodog et du directeur de l’Aganor Abdu Razzaq Guy Kambogo, cette rencontre a donc permis de raffermir les différentes positions.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttps://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
BATIPLUS Batidays