Zacharie Myboto : «L’Union nationale dit non au dialogue proposé par Ali Bongo»

Ce samedi 11 février 2017 marquait le 7ème anniversaire de l’Union nationale (UN), une cérémonie qui a été rehaussée par la présence de l’ancien candidat à la présidentielle du 27 août 2016, Jean Ping, qui continue de revendiquer sa victoire lors de ce scrutin. Cette occasion a donc été choisie par le président de l’UN, Zacharie Myboto pour réaffirmer non seulement son soutien au « Président élu », Jean Ping, mais aussi la position de son parti quant au dialogue prôné par Ali Bongo.

Au cours de cette rencontre solennelle qui a vu la participation de nombreux leaders de l’opposition, notamment, Guy Nzouba Ndama, Désiré Aba’a Minko, Léon Paul Ngoulakia, Jean François Ntoutoume Emane, Richard Moulomba, et bien d’autres, le président de l’Union nationale, s’est tout d’abord appesanti sur la situation sociopolitique du pays, soulignant que « le Gabon est (…) empêtré dans le malaise le plus profond et le plus grave de son histoire. Malgré l’indifférence et les dénégations du pouvoir, notre pays présente aujourd’hui, et nous le redisons aussi, tous les symptômes d’une déliquescence généralisée : dévoiement des institutions, violations répétées de la Constitution et des lois de la République, restrictions permanentes des libertés publiques, gestion chaotique de l’économie et des finances du pays, multiplication des grèves, dégradation de l’état des établissements d’enseignement, du primaire jusqu’au supérieur, insatisfaction des attentes des enseignants, des étudiants et des élèves, hôpitaux devenus des mouroirs, perte de nos valeurs traditionnelles, au profit de comportements exogènes ».

Une situation de déliquescence qui selon lui trouve sa source « dans le coup d’État électoral perpétré par Ali Bongo le 31 août 2016 ». En outre, revenant sur l’adoption d’une résolution sur la situation au Gabon par le parlement européen, Zacharie Myboto souligne que dans celle-ci « les députés européens y interrogent, pour mémoire et entre autres, la légitimité d’Ali Bongo Ondimba, notant que les résultats de l’élection présidentielle de 2016 sont non transparents et hautement douteux », toute chose qui ternit et dégrade l’image de « notre République».

De ce fait, il a réitéré son indéfectible soutien au « président élu », « le Peuple gabonais a porté son choix sur Jean Ping. Ceci est de notoriété » a-t-il martelé.

Se prononçant enfin sur la question du dialogue a l’initiative d’Ali Bongo, le président de l’UN a été catégorique « nous disons donc NON au Dialogue auquel appelle Ali Bongo Ondimba, parce que nous sommes persuadés de ce qu’il s’agit d’un marché de dupes. Il s’agit du Dialogue de la compromission, du Dialogue de la monarchisation de la République ».

Laissez votre avis