Workshops pour une formation des jeunes aux TICs

Le samedi 07 janvier 2017 prochain, la capitale provinciale du Woleu-Ntem accueillera l’initiative « workshops créatifs », qui sillonne le pays depuis bientôt 5 mois. Cette action consiste entre autre à sensibiliser, mais aussi à assurer la formation des jeunes issus de tous les domaines à « l’utilisation responsable des TICs et de l’internet pour améliorer leur quotidien ».

Portée par l’agence CW, spécialisée dans l’accompagnement des entreprises et administrations dans leur transition numérique, l’initiative workshops créatifs entame une étape supplémentaire dans la ville d’Oyem, elle avait tout d’abord été l’hôte des villes de Libreville, Owendo et Akanda. En effet, en août 2016, elle avait assuré la formation de 154 personnes, notamment des demandeurs d’emplois, des recruteurs, des porteurs de projets et des responsables d’associations de jeunesse. Ces formations avaient pour thématique, la recherche d’emploi et l’utilisation responsable des médias sociaux en période électorale.

En novembre et décembre, l’initiative workshops créatifs a séjourné dans la ville de Port-Gentil, pour former 37 demandeurs d’emplois à l’utilisation optimale des médias sociaux pour trouver un emploi. Puis l’équipe s’est rendue à Koulamoutou pour assurer la formation de 98 élèves du lycée scientifique Paul Kouya et 98 élèves des collèges et lycées de la ville à l’espace CDI, avec pour thème l’utilisation optimale de l’internet pour les recherches scolaires.

C’est donc sur cette lancée qu’elle se rendra dans la ville d’Oyem pour former les jeunes agriculteurs sur l’utilisation du téléphone et de la connexion mobile pour optimiser leur rendement, une étape qui aura la particularité d’être exclusivement animée par la gente féminine.

Pour rappel, cette initiative émanant de l’Agence CW a vu le jour grâce à la volonté d’une trentaine de partenaires, notamment l’ambassade des Etats-Unis au Gabon ; Charly Tchatch animateur principal des ateliers ; MB Films une jeune agence de photo et vidéo ; Poly Assistance ; Bassu infographie. Mais elle compte aussi sur l’appui majeur des entrepreneurs sociaux intéressés par les questions d’éducation, des petites entreprises ; du centre culturel américain et des citoyens intéressés par la question des TICs.

Laissez votre avis