Wilfried Mvou-Ossialas: «Nous ne sommes pas instrumentalisés par le pouvoir»

Des membres de Union sacrée pour la patrie © GMT

C’est à la faveur d’une assemblée générale qui s’est tenue le vendredi 20 juillet 2018 à la chambre de commerce de Libreville que l’Union sacrée pour la patrie, centrale regroupant l’ensemble des organisations syndicales des régies financières a tenu à réaffirmer son soutien aux mesures gouvernementale visant la réduction du train de vie de l’Etat et l’assainissement des finances publiques.

Après la récente conférence de presse qu’elle a animée, où elle apportait son soutien aux mesures d’austérité prises par le gouvernement, de nombreux acteurs de la société civile avaient fustigé cette posture, qui pour certain ne cadrait pas avec les intérêts des travailleurs. Des supputations que les membres de l’Union sacrée pour la patrie ont balayé d’un revers de la main lors de leur assemblée générale d’explication.

Ainsi, face à leurs collègues, le président et le porte-parole de la Fédération des syndicats des régies financières et administration assimilées (Fesyrefaa), Wilfried Mvou-Ossialas et Yves Boulingui, le président du groupe Roméo Letsinga ou encore le président de l’Intersyndicale, Mbatchi Bayonne ont expliqué les raisons non seulement de leur union mais aussi la posture que l’ensemble de ces organisations ont adoptée.

Dressant un bilan de leur revendications notamment l’audit des régies financières et des administrations ou encore celui des primes, les membres de l’USP ont fait remarquer que les mesures gouvernementales accèdent à ceux-ci, expliquant dès lors leur position. «Nous, les régies financières, les administrations assimilées nous sommes les premiers à avoir accepté la décote ou même encore un audit dans nos administrations respectives, nous n’avons pas marché, ni crié, ni appelé à un soulèvement parce que le Gabon c’est d’abord notre pays à nous tous», a martelé Wilfried Mvou-Ossialas.  

Sous le feu des critiques de certains syndicats, ils ont affirmé que leur posture était compréhensible car il était «incohérent de s’opposer à l’audit dans la fonction publique» puisqu’il devrait permettre de déceler les anomalies contenues dans le fichier général de la fonction publique. L’USP a également indiqué que son soutien était patriotique car en temps de crise, il est important que chaque Gabonais consent un sacrifice pour relever la situation du pays.

Par ailleurs, ils n’ont pas manqué de fustiger l’attitude négative des autres syndicats qui se disent opposés à ces mesures, estimant qu’il était mal venu qu’on prête des intentions aux membres de l’USP. «Contrairement aux autres nous ne sommes pas les petits des hommes politiques, nous ne sommes pas instrumentalisés par le pouvoir mais nous défendons les intérêts de nos membres», ont-il lancé.

Laissez votre commentaire