Wenceslas Yaba encourage l’élargissement de la médecine de proximité

Wenceslas Yaba, Coordonnateur général du Samu social © GMT

Le Coordonnateur général du Samu social gabonais, le Dr Wenceslas Yaba, c’est dit, lors de sa conférence de presse tenue ce dimanche 6 mai, au siège de ladite structure, ravi du travail qu’elle a effectué en si peu de temps, et envisage dans un avenir proche, d’élargir son champ d’action.

Au cours de son entretien avec les hommes et les femmes de médias, le Dr Wenceslas Yaba, le coordonnateur général du Samu social gabonais, a non seulement présenté le travail effectué au quotidien par le Samu social, ses avancés sur le terrain mais aussi, les perspectifs avenirs de cette structure sanitaire de proximité.

« Depuis son lancement en juillet dernier à Libreville, nous avons la satisfaction de pouvoir dire que le Samu Social Gabonais a déjà aidé près de 56% de la population. Ces 5 derniers mois, nous avons effectué près de 30 000 interventions sur le terrain. Des chiffres, qui auraient pu être vus à la hausse, si en effet, nous n’avions pas eu une saison des pluies aussi rude. Mais nous espérons qu’avec l’arrivée de la saison sèche, le nombre des interventions pourra doubler », a-t-il indiqué.

Fustigeant les longues attentes des patients dans les hôpitaux,  le Dr Wenceslas Yaba s’est réjouit de l’assistance de proximité mise en place par le Samu social gabonais qui selon lui, est la meilleure manière de remplir la mission de service public de la santé. «A quoi sert d’avoir de grande structure sanitaire publique, si celles-ci ne servent réellement à personne. Dans ces dernières les compatriotes doivent attendre des heures dans une salle d’attente, dans l’indifférence la plus totale du personnel soignant, alors que les agents du Samu eux, vont vers les malades dans les quartiers, et les consultent gratuitement», a-t-il poursuivi.

Par cette méthode de proximité, le Samu social ambition de supplanter les structures sanitaires publiques, en donnant la possibilité à toute personne en situation de pauvreté au Gabon, aux enfants et plus encore aux femmes en difficulté de pouvoir appeler le 1488 gratuitement, pour ensuite bénéficier des soins, des médicaments et d’un suivi gratuit.

Pour ce faire, d’autres structures sont prévus d’ici peu à Port-Gentil, Franceville, Oyem le 19 mai et Mouila le 25 mai. Pour une dotation de 35 ambulance pour commencer.

Laissez votre commentaire