Vyckos Ekondo déplore la violation des droits d’auteurs au festival Gabon 9 provinces

Gabon Gabonmediatime Le Roi Du Tandima Vickos Ekondo
Gabon Gabonmediatime Le Roi Du Tandima Vickos Ekondo

La troisième édition du Festival Gabon 9 provinces n’aura pas laissé certains ténors de la musique gabonais indifférents. Vyckos Ekondo, qui s’exprimait dans les colonnes du quotidien L’Union, le 24 août dernier a déploré la violation des droits d’auteurs par certains artistes eux-mêmes lors de leur passage sur scène. Une fausse note qui selon lui, n’honore pas l’événement et devrait être corrigée pour les éditions à venir. 


La scène du Festival Gabon 9 Provinces a accueilli plusieurs artistes nationaux de différentes générations. Si le public s’est satisfait des performances de ces derniers, Vyckos Ekondo a dénoncé certaines pratiques qui mettent à mal le respect des droits d’auteur. « Au cours de cette édition de Gabon 9 provinces, certains artistes ont foulé aux pieds les droits conférés aux auteurs-compositeurs gabonais et étrangers en interprétant ou en déformant leurs oeuvres, notamment le droit de paternité et le droit à l’intégrité de l’oeuvre », a-t-il déploré. 

Tout au long du festival, de nombreux artistes gabonais ont brillé par une sorte de plagiat des oeuvres d’autres artistes explique-t-il. De la récupération des instrumentaux de certains tubes ou hits, en passant par leur déformation, le roi du Tandima y voit une violation des droits d’auteur. Ainsi, il exhorte les responsables culturels à prendre leurs responsabilités, en l’occurrence le Bureau gabonais du droit d’auteur et des droits réservés (BUGADA), afin que prenne fin ce qu’il a qualifié de « désordre ».

Ce coup de gueule de Vyckos Ekondo est un rappel à l’ordre aux jeunes générations de chanteurs qui ne font pas l’effort de composer des musiques originales et authentiques. Un discours que le chanteur de « Lost voices » a déjà tenu lors de ses précédentes sorties. Une occasion pour l’artiste d’inviter ces jeunes à « mettre en valeur toutes les spécificités des musiques gabonaises ».

Laissez votre commentaire