samedi,27 novembre 2021
AccueilDerniers articlesVol au stade d'Oyem: déjà 2 militaires mis en cause

Vol au stade d’Oyem: déjà 2 militaires mis en cause

Ecouter cet article

Quelques jours après avoir constaté le énième acte de vandalisme perpétré au sein du stade Engong d’Oyem, le procureur de la République près le tribunal de première instance de la localité avait promis faire la lumière sur ces actes. On peut dire que les résultats ne se sont pas fait attendre, puisque 2 militaires suspectés d’avoir participé au vol d’écrans plasma viennent d’être interpellés et placés en garde-à-vue, rapporte notre confrère Gabonreview

C’en était trop. En moins d’un mois, le stade Engong d’Oyem avait été vandalisé à 3 reprises. Des actions qui malheureusement restaient non conclues et qui finissaient par être oubliées. La donne a vraisemblablement changé puisque l’enquête ouverte commence à porter ses fruits. « Au stade où nous en sommes, il est regrettable de constater que ce vol implique certains militaires qui sont en poste actuellement au stade Engong pour la surveillance de celui-ci, suite au premier vol qui avait été perpétré », aurait déclaré Rodrigue Ondo Mfoumou, procureur de la République près le tribunal de première instance d’Oyem.

Selon notre confrère Gabonreview, les soupçons des enquêteurs auraient été nourris par la présence des marques d’empreintes de chaussures de type rangers sur les lieux du vol. Un détail important puisque ce type de chaussures est exclusivement porté par les agents de forces de l’ordre, particulièrement les militaires. Grâce à des sources concordantes, les services judiciaires sont parvenus à remonter jusqu’à deux militaires en poste dans l’enceinte sportive pillée. « C’est vraiment dommage de constater que les personnes que nous choisissons pour veiller à la sécurité des biens et personnes soient les auteurs des vols », a indiqué Rodrigue Ondo Mfoumou. 

Par ailleurs, l’autorité judiciaire a précisé que l’enquête poursuit son cours mais qu’il ne ménagera aucun effort pour que chaque coupable réponde de ses actes, peu importe son corps de métier. « Même si ce sont des hommes en tenue, ils ne sont pas au-dessus de la loi. S’ils ont décidé de voler, ils seront traités comme des voleurs. Ils risquent la peine d’emprisonnement et pour ce qui est des sanctions administratives, leur administration se chargera de ça », a conclu le procureur de la République près le tribunal de première instance d’Oyem.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop