Violences post-électorales : La France soutient «l’organisation d’une enquête indépendante»

Jean-Yves Le Drian, Ministre français des Affaires étrangères © D.R

Faisant suite à l’interpellation de l’élu du mouvement La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon du mardi 3 octobre dernier, sur la situation politique né de l’élection présidentielle du 27 août 2016, le ministre français des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian a dans sa réponse rendu publique ce 14 novembre assuré que son pays continuait de suivre avec attention la situation au Gabon  et soutient l’organisation d’une enquête indépendante.

La situation politique au Gabon depuis la réélection controversée d’Ali Bongo continue d’être au centre du débat politique en Europe et plus particulièrement en France. Un mois après avoir été interpellé par Jean-Luc Mélenchon sur la position de la France, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a indiqué que la France, serait sur la même longueur d’onde que l’Union européenne, dont le parlement avait adopté une résolution sur le cas du Gabon.

Ainsi, il a relevé que le gouvernement français suivait la situation sociopolitique «en particulier s’agissant du respect des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, qui est une composante essentielle de la démocratie».

Jean Yves Le Drian a d’ailleurs indiqué que dans ce cadre, la France participait de manière efficiente au dialogue politique intensifié (DPI) qui se déroule actuellement entre les autorités gabonaises et l’Union européenne. Il a réaffirmé par la suite la «nécessité de faire toute la lumière sur les violences post électorales de 2016» et dans la même longueur d’onde que l’UE il a appelé à «l’organisation d’une enquête indépendante portant sur ces faits».

«La France se tient prête, en étroite concertation avec ses partenaires, à soutenir tous les efforts menés par les Gabonais eux-mêmes en faveur de l’apaisement et de la restauration de la cohésion nationale»; a t-il assuré.

Laissez votre commentaire