vendredi,26 novembre 2021
AccueilA La UneViolence à la Prison centrale : le barreau juge «inacceptables» les...

Violence à la Prison centrale : le barreau juge «inacceptables» les propos du procureur Roponat sur les avocats

Ecouter cet article

Le bâtonnier de l’ordre des avocats du Gabon maître Lubin Ntoutoume à la faveur d’une déclaration de presse ce mercredi 12 février 2020, en réponse à la sortie d’André Patrick Roponat, s’est dit au nom du barreau particulièrement heurté et offusqué devant les propos tenus par le procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville. Des allégations qu’il a clairement condamnées au terme d’une déclaration empreinte d’un désaveu à peine masqué. 

Réuni en séance extraordinaire le lundi 10 février 2020, le Conseil de l’ordre des avocats du Barreau du Gabon par sa sortie sur la question des agressions sexuelles soulevée par maître Anges Kevin Nzigou conseil de Christian Patrichi Tanasa, et par maîtres Calvin Job et Cédric Manguisset avocats de Justin Ndoundangoye, s’est indigné des propos tenus sous la voix d’André Patrick Roponat, de la ministre de la Justice Erlyne Antonella Ndembet visant à mettre « fermement en garde toutes personnes y compris les avocats des personnes incarcérées quant aux dérives qui seraient observées et à la diffusion d’informations dites mensongères ». 

Sur lesdits propos, le Barreau du Gabon qui a été « particulièrement choqué par de tels propos » s’est résolu au nom de principe du contradictoire à entendre les avocats cités dans cette polémique afin non seulement d’y faire la lumière mais surtout de délier le vrai du faux. Au terme d’un entretien qui a révélé que la procédure mise en place par les conseils des prévenus était parfaitement régulière, le bâtonnier maitre Lubin Ntoutoume a rappelé que « des propos tendant à qualifier publiquement de mensongères des procédures régulièrement engagées par des avocats sont purement et simplement inacceptables ; et que l’avocat ne saurait être assimilé ou confondu à la cause qu’il défend ». 

Abondant sur la question, l’ordre des avocats s’est interrogé sur l’excès de zèle du parquet et partant du ministère de la Justice alors que la démarche des avocats s’inscrit strictement dans la cadre de l’exercice de leur  fonction. « En quoi la saisine du Ministre de la Justice par des Avocats en vue de clarifier des faits portés à leur connaissance par leurs clients peut-elle être assimilée à « la diffusion d’informations mensongères et à la volonté de ternir l’image de la justice » ? s’est t-il questionné. 

Achevant son discours, maître Lubin Ntoutoume, bâtonnier de l’ordre des Avocats du Gabon a tenu à rappeler afin que nul n’en ignore les droits cardinaux des avocats. «Le Barreau souligne encore plus que l’Avocat ne saurait en aucun cas être inquiété et encore moins menacé dans l’exercice de ses fonctions ; Aucune menace, ni aucune pression ne seront suffisantes pour le censurer ou le neutraliser » a t-il prévenu.

Laissez votre commentaire

Gabon Media Timehttp://gabonmediatime.com
Gabon Media Time est un site d'actualité dont le slogan est " A l'heure de l'info". Nous entendons réinventer l'actualité en ligne gabonaise et sous régionale.
Enami Shop