VIH/Sida : L’Immunorex du Pr Mavoungou «n’est pas recommandé par l’OMS»

Le Programme commun des Nations unies sur le VIH/sida (ONUSIDA)   et Organisation mondiale de la santé (OMS) déconseillent l’utilisation de l’Immunorex du Pr Donatien Mavoungou Selon ces organismes internationaux, il serait un médicament inefficace.  

L’Immunorex du professeur Donatien Mavoungou est interdit de vente sur le marché des médicaments de lutte contre le VIH. En effet, ce médicament suscite une controverse. Science et Avenir, une revue scientifiquement française remet en cause son efficacité et son droit de commercialisation. «il n’existe aucune preuve scientifique que l’Immunorex ait une efficacité  contre le SIDA» précise la revue.

Certains Laboratoires présentent l’Immunorex comme un traitement curatif contre cette infection. Une pratique à laquelle s’opposent l’Onusida et l’OMS dont les bureaux de Libreville affirment dans un communiqué que «l’Immunorex (connu aussi sous le DM28) n’est pas un médicament recommandé par l’OMS pour le traitement de l’infection à VIH. Il n’existe actuellement aucun vaccin ou traitement curable du VIH».

De plus, l’Onusida, «est fortement opposée à la commercialisation et à la promotion de produit qui n’ont pas été soumis à un essai clinique et dont l’efficacité n’ pas été prouvée par l’OMS». Car, la préqualification des médicaments est un service fourni par l’OMS pour évaluer la qualité, l’innocuité et l’efficacité des produits médicaux. «Ce service est largement utilisé par les pays et les organisations de référence pour l’achat de médicament efficace» affirme le communiqué.

«L’Onusida travaille en étroite collaboration avec l’OMS, principal organisme mondial fournissant des orientations aux pays sur l’utilisation de médicaments pour la plupart des maladies d’importance pour la santé publique. Cependant, chaque pays est responsable de la réglementation des produits de santé commercialisés sur son territoire.», conclut l’organisme.

Toutefois, les deux organisations demandent aux personnes infectés de ne continuer à utiliser que les médicaments prescrits et autorisés par elles.

Laissez votre avis