mardi,20 octobre 2020
Accueil A La Une Vente de médicaments en ligne : L’OMS dénonce un marché frauduleux

Vente de médicaments en ligne : L’OMS dénonce un marché frauduleux

La commercialisation des produits médicamenteux en ligne se pose comme l’une des problématiques auxquelles doit désormais faire face le secteur pharmaceutique dans notre pays. Devant la prolifération de cette méthode commerciale innovante certes mais tout aussi vicieuse, le Gabon doit davantage contrôler et réguler ces ventes en proie aux transactions frauduleuses.

Cette présomption de fraude dans le marché de la vente de produits pharmaceutiques en ligne est une présomption de l’Organisation mondiale de la Santé qui fait le constat inquiétant de la paupérisation des populations et de ventes illégale et illicite des médicaments. Et les chiffres inquiétants, l’attestent. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 50 % des médicaments issus du marché en ligne, d’internet, sont frauduleux et représentent 10 % du marché pharmaceutique. 

Le numérique est arrivé avec ses avantages. Avantages qu’on ne saurait remettre en cause tant la société contemporaine se numérise de façon exponentielle. L’OMS s’érige en dénonciateur, en invitant les gouvernements à se prémunir de cette nouvelle dérive qui met en danger non seulement la profession mais surtout la santé des populations, lesquelles consomment ces médicaments qui souvent ne répondent pas aux normes réglementaires et internationales.  

Les exemples sont légion, en France notamment en 2012,  une opération dénommée Pangea 5 avait intercepté près de 4 millions de médicaments illicites, et démantelé 18 000 sites de pharmacies illégales. Les statistiques sont assez parlantes sur l’ampleur du phénomène même si le Gabon, au regard de l’investissement de l’Ordre national des pharmaciens est l’un des pays francophones qui n’ont pas à rougir du combat mené contre la vente des médicaments falsifiés. 

Audelà des efforts consentis par l’Ordre national des pharmaciens, le Gabon par le truchement de son législateur, gagnerait à légiférer sur la question qui à nos jours ne peut s’appuyer sur le cadre légal strict par des textes encadrant la vente des médicaments. 

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Street 103 Gabon Gmt