USS : la Coalition condamne «l’agression sauvage» des étudiants

Kerry Lendjendja Bouka, SG de la Mutuelle de l'USS © D.R

Faisant suite aux affrontements intervenus entre les forces de police et les étudiants de l’Université des Sciences de la Santé (USS), située à Owendo dans le sud de Libreville le mardi 24 octobre 2017 dernier, la Coalition pour la nouvelle République autour de Jean Ping a tenu à exprimer sa désapprobation face à ce qu’elle a qualifié d’énième «agression sauvage des gabonais».

En effet, alors que les étudiants de l’USS organisaient une manifestation pacifique pour contester la mesure portant augmentation des frais d’inscription et d’écolage dans les universités et grandes écoles du pays, le mouvement de protestation s’est vite transformé en bataille rangée entre éléments des forces de l’ordre et étudiants. Des affrontements qui ont été déclenchés après l’arrestation et le molestage du secrétaire général de la mutuelle des etudiants de l’Université des sciences de la santé, Kerry Lendjendja Bouka. 

Ainsi, la Coalition prenant fait et cause pour les étudiants a  rappelé que ces manifestations qui se veulent pacifiques n’ont d’autres objectifs que de matérialiser le refus d’un projet d’augmentation des frais d’inscription qui ne fait pas l’unanimité. Notant que cette mesure intervient dans «un contexte de dégradation aggravé des conditions de vie et d’études à l’Université».  

«Les interventions de ces forces de répression, avec la violence exercée toujours sur les étudiants, confirment une fois encore le visage sanguinaire que la dictature a pris depuis les massacres du 31 août 2016»; ont-ils fustigés. relevant que le «pouvoir illégitime» s’est résolument placé dans une posture «du tout répressif». La Coalition dirigée par Jean Ping a d’ailleurs martelé que ces actes sont «inacceptables», avant d’avertir que «leurs auteurs en répondront bientôt devant les juridictions compétentes».

Par ailleurs, elle a renouvelé son soutien aux étudiants et aux catégories socioprofessionnelles pour leur courageux combat pour la libération du pays, réaffirmant en guise de conclusion «sa solidarité aux familles dont les enfants ont été blessés et traumatisés».

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire