Urgences panafricanistes en défenseur des droits de migrants en Libye

Joël Lanti Ndigi III coordinateur au Gabon d'Urgences panafricanistes © D.R

Les révélations sur l’esclavage subi par des africains subsahariens continuent de susciter l’indignation de nombreuses personnalités et organisations défenseurs des droits des migrants dans le monde. Ainsi, dans un entretien accordé à Gabon Media Time, Joël Lanti Ndigi III coordinateur au Gabon de l’organisation non gouvernementale Urgences panafricanistes, est revenu sur cette situation qui a choqué la planète entière.

L’onde de choc créée par la diffusion de la vidéo de CNN sur la «vente» de migrants en Libye, ne manque pas de susciter des condamnations au sein de l’opinion nationale et internationale. La dernière en date est celle de l’ONG Urgences panafricanistes qui par la voix de son coordinateur au Gabon fustige l’attitude des dirigeants qui se font remarquer par leur silence face à ce problème prenant pour exemple le peu d’entrain des personnalités gabonaises à s’exprimer sur ce scandale. C’est donc face à ce mutisme qu’en «tant que ONG panafricaine qui s’occupe des problèmes panafricains, que nous avons décidé d’interpeller l’opinion sur cette question»; a t-il confié.

Nous proposons une réponse concrète au mutisme systématique de nos dirigeants, leur incapacité à répondre aux différentes bourrasques que traversent les peuples noirs”; a ajouté le coordonnateur de cette organisation panafricaine qui n’a d’ailleurs pas manqué de pointer la responsabilité de la France dans la déstabilisation de ce pays du Maghreb confronté depuis plusieurs années à une guerre civile.  

«Le président Macron se trompe lourdement et c’est un peu un dénie de ce qu’ils ont causé Parce que il faut comprendre que la crise libyenne a commencé lorsqu’ils ont décidé de déstabiliser le guide Libyen aujourd’hui on a une somalisation de ce pays qui n’existe plus en tant qu’État nous avons désormais un pays dirigé par des milices»; a t-il martelé.

Il a d’ailleurs souligné que ce sont ces mêmes personnes qui ont déstabilisé la Libye qui non seulement sont des sous traitants de l’OTAN mais qui sont en train de «vendre nos frères», avant d’indiquer que la Communauté internationale avait  intérêt à régler le problème libyen.

Interrogé sur l’implication de cette ONG au Gabon en matière sensibilisation, Joël Lanti Ndigi III  s’est voulu optimiste même  s’il a noté  que les jeunes étaient très réticents sur la question panafricaine. «Le travail que nous avons commencé à faire ici est un travail structurel il est peut être timide parce que nos frères et soeurs gabonais manquent quelque peu de culture politique, elle est trop politicienne elle dénote même une forme de nombrilisme…au Gabon nous capitalisons près de 200 adhérents»; a t-il indiqué.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire