dimanche,24 janvier 2021
Accueil A La Une Union nationale: l’accès au siège refusé pour non conformité à la loi...

Union nationale: l’accès au siège refusé pour non conformité à la loi sur les réunions publiques ?

Le malaise est définitivement perceptible dans la famille de l’Union Nationale, parti de l’opposition en quête d’un nouveau président depuis que Zacharie Myboto a pris la décision de laisser la gestion d’une parti à un autre. Après le report de l’élection, preuve de tensions, c’est le refus d’accéder au siège de certains cadres qui fait l’actualité. Un refus dont la raison serait apparemment d’ordre réglementaire car n’ayant pas pour cette réunion publique l’autorisation du ministère de l’Intérieur.  

C’est dit-on pour ouvrir la porte au « dialogue, entamer une démarche de réconciliation pour s’inscrire dans un impératif d’unité » que Jean Christophe Owono Nguema a convié les parties dissidentes à la table des négociations afin de trouver une issue favorable à la bonne marche et désamorcer par là même le climat qui règne au sein de l’Union nationale depuis le départ de son président Zacharie Myboto.  

Alors que ce sénateur de l’Union nationale avait décidé de tenir ladite réunion au siège du parti, grande fut sa surprise de constater que l’ordre avait été donné à la personne chargée de la gestion du siège de refuser l’accès à ces cadres du parti. « C’est un ordre qui a été donné à la personne qui gère le siège. Ils sont d’abord venus fermer le siège à son insu. Elle ne le savait pas. Quand elle est allée pour apprêter la salle, pour la tenue de la réunion, constatant que le portail était fermé, elle a saisi qui de droit. Qui de droit, entre griffes, elle n’a pas dit qui. On lui a dit que je n’ai pas le droit, et d’ailleurs pas seulement moi, aucun autre membre du parti n’a le droit de tenir une réunion au siège, sauf uniquement M. Raphaël Badenga Lendoye et son staff composant le directoire provisoir », a-t-on pu lire. 

« Un ordre », comme pour dire de façon alambiquée que certaines personnes ayant au sein du parti un certain pouvoir auraient donné cet ordre. Joint au téléphone par la rédaction de Gabon Media Time, un membre influent de l’Union nationale du reste proche du candidat Paul Marie Gondjout, bat en brèche les prétentions de Jean Christophe Owono Nguema and cie. « L’accès au siège a été refusé à ces militants simplement parce qu’ils voulaient organiser une réunion publique sans l’aval du ministère de l’Intérieur. Pour l’organisation du congrès, une autorisation a été préalablement demandée au ministère de l’Intérieur. Faisant une réunion publique au siège du parti sans l’aval du ministère de l’Intérieur, cela aurait mis en porte à faux, l’Union nationale vis-à-vis de l’Etat. Un risque que nous ne souhaitons absolument pas prendre », a-t-il expliqué. 

Une explication qui tient la route certes mais qui ne masque pas la contrariété, et le mécontentement désormais perceptible par plusieurs militants de l’Union nationale depuis la suspension et le report de l’élection du nouveau président du parti cher à Zacharie Myboto.

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Bestheinfusion