dimanche,29 novembre 2020
Accueil A La Une Union interparlementaire interpelle le Gabon sur le cas «Okulu la solution»

Union interparlementaire interpelle le Gabon sur le cas «Okulu la solution»

C’est par le biais d’une décision adoptée que le Conseil directeur de l’Union Interparlementaire (UIP) est revenu sur la situation de détention de l’ancien membre du gouvernement Justin Ndoundangoye. Pour cette organisation mondiale des parlements des Etats souverains, l’interpellation, la détention puis les allégations des violations de tortures physiques du député inquiètent. Raison pour laquelle l’UIP invite les autorités gabonaises et partant, le président de l’Assemblée nationale  à porter un regard particulier sur la situation de l’ancien ministre des Transports et des Travaux publics. 

L’Union interparlementaire, organisation mondiale des parlements des Etats souverains s’est penchée sur la situation de l’honorable Justin Ndoundagoye, incarcéré dans le cadre de l’opération Scorpion pour des faits présumés de détournement de fonds, de blanchiment des capitaux, de concussions, pour ne citer ces chefs d’accusation. 

Saisie aux fins de dénoncer un traitement peu orthodoxe dont il a fait l’objet notamment « le maintenu en garde en violation des dispositions de l’article 56 du Code de  procédure pénale gabonais qui prévoit une durée maximale de 48 heures renouvelable une fois », ou encore « sur les faits de torture et sevices physiques au sein de la prison centrale » , l’Union Interparlementaire (UIP) par une décision adoptée à l’unanimité par le Conseil directeur de l’UIP  à sa 206e session (session en ligne extraordinaire, 3 novembre 2020) s’est exprimée sur certains de ces faits. 

L’Union Interparlementaire s’est d’abord dite « vivement préoccupée par le maintien en détention du député compte tenu des allégations inquiétantes concernant ses conditions de détention », a-t-on pu lire. Elle a ensuite invité les autorités gabonaises à prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir pleinement à M. Ndoundangoye la  jouissance de ses droits, notamment son droit à la vie, à l’intégrité physique et à l’accès aux  garanties judiciaires ». Une nécessité, copte tenu de la situation sanitaire complexe due à la crise sanitaire liée à la covid-19 qui a pour effet d’accroître la vulnérabilité face à la maladie des personnes détenues en prison et dans d’autres lieux confinés. 

L’organisation mondiale des parlements des Etats souverains a ensuite souhaité recevoir toutes les informations officielles sur « les mesures prises pour enquêter sur les actes présumés de torture et les menaces dénoncés par le plaignant et les conditions de la lever son immunité parlementaire ». Tout en soulignant l’importance du « dialogue constant et constructif avec les autorités nationales », elle invite le secrétaire général de cette organisation à porter à la connaissance du Président du  Parlement gabonais toutes les inquiétudes de UIP sur l’affaire Justin Ndoundangoye. 

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion