dimanche,17 octobre 2021
AccueilA La UneUNICEF: les filles plus scolarisées que les garçons au Gabon

UNICEF: les filles plus scolarisées que les garçons au Gabon

Ecouter cet article

C’est au terme d’une présentation, le mercredi 8 septembre 2021, de l’enquête sur la situation de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement (EHA) dans les établissements scolaires au Gabon, que le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) a révélé qu’il y a « plus de filles scolarisées que de garçons ». Une configuration qui serait liée à plusieurs facteurs dont le décrochage scolaire dont la cible phare reste les jeunes hommes.

Près de 7 ans après les états généraux de l’Education nationale, le secteur éducatif demeure embué dans des tares qui auraient dû être pansées. Dégradation des conditions d’apprentissage, disparition injustifiée des allocations d’études trivialement appelées « la bourse », tout semble aller de travers. Seul lot de consolation, l’émergence d’une courbe ascendante chez les jeunes filles scolarisées.

À ce propos, la première enquête sur la situation de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement (EHA) dans les établissements scolaires au Gabon menée conjointement par l’UNICEF et la Direction générale de la statistique de l’Education nationale a permis d’établir l’index de parité dans notre pays. Évalué à 1,02 dans l’ensemble, cette donnée « indique qu’il y a plus de filles 

scolarisées que de garçons. Cet indice est identique autant pour les écoles publiques que privées », précise ladite enquête.

Au-delà de cette réalité qui semble tout de même logique, il y a que les causes explicatives ne sont pas saines. En effet, le responsable national évoquait des craintes sur la fréquentation des jeunes hommes qui aurait brutalement chuté. D’ailleurs, l’organisation non gouvernementale (ONG) Educaf conduite par Geoffroy Foumboula Libeka, sonnait l’alarme sur le décrochage scolaire qui aurait fortement impacté dans la vie du jeune Gabonais. Addiction aux drogues, à l’alcool et sa condition sociale précaire concourent à son l’éloignement subséquent du milieu scolaire. Les jeunes filles résisteraient donc mieux aux vices.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop