vendredi,23 avril 2021
AccueilDerniers articlesUnesco: les politiques en matière de science, de technologie et d’innovation au...

Unesco: les politiques en matière de science, de technologie et d’innovation au coeur d’un atelier

Le Bureau de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), a tenu ce mercredi 13 janvier 2021, un atelier de restitution en ligne des résultats de la collecte des données en vue de la formulation de la politique de la recherche en sciences, technologie et innovation (STI) au Gabon. Un atelier qui visait par ailleurs à évaluer l’implication des STI dans la lutte contre la Covid-19. 

C’est un atelier qui a réuni les responsables des institutions de recherche et d’enseignement supérieur concernés par la problématique des sciences, technologie, et innovation engagés dans la lutte contre le Covid-19. En toile de fond, aider le gouvernement gabonais à formuler des instruments de politiques en matière de science, de technologie et d’innovation. 

Si l’objectif de cette étude menée par le Pr.. Obono Mba Anasthasie ép. Essono Mvé, docteur-ingénieure en techno pédagogique, était principalement d’évaluer la participation des différentes institutions concernées par la problématique des STI aux activités liées à la covid-19, elle a par ailleurs permis de relever les limites et contraintes que l’exécution de ces activités pose dans le contexte de la pandémie de la Covid-19.

Ainsi, l’étude a permis de révéler que malgré l’existence d’un système national de recherche scientifique et technique indéniable, le Gabon présente des capacités institutionnelles insuffisantes pour développer et soutenir les STI. Selon le Dr. Obono Mba Anasthasie ép. Essono Mvé, ce système national serait « confronté à des contraintes multiples », entre autres budgétaires, organisationnelles, sociales, démographiques, qu’il conviendrait de lever pour qu’il puisse « contribuer véritablement et efficacement à la production de connaissances et d’innovations, et au développement du pays ». 

Un autre défi relevé entraînant des contraintes au développement des STI, est le manque de données exactes et fiables permettant de fixer les objectifs des stratégies et politiques en la matière. Selon Salah Khaled, le directeur du Bureau régional à Yaoundé pour l’Afrique centrale et Représentant de l’Unesco auprès du Gabon, « investir en science n’est plus une option mais une obligation pour notre développement socioéconomique ». 

A mesure que les politiques des sciences, technologie et d’innovation gagnent en importance, les  instruments s’y rapportant se multiplient. Le Gabon gagnerait donc à mobiliser et optimiser ses capacités, s’il veut développer son économie par une approche axée sur les sciences, la technologie et l’innovation (STI).

Laissez votre commentaire

Bestheinfusion