Un français nommé administrateur directeur général de la Bicig par intérim

Siège social de la Bicig au Centre-ville © D.R

Ce mardi 19 juin à Libreville, au terme du conseil d’administration de la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Gabon (Bicig), un nouvel administrateur directeur général a été nommé. C’est le président du conseil d’administration de l’établissement Etienne-Guy Mouvagha Tchioba, qui a lui même partagé cette information aux différents médias.

Si la principale information à retenir de ce conseil d’administration qui s’est tenu ce mardi 19 juin dans un hôtel de la place est bien sûre la cession de 41% des parts de BNP Paribas au Fonds gabonais d’investissement stratégiques (FGIS), la nomination au poste très convoité d’administrateur directeur général (par intérim) du français Bernard Levie est également à retenir.

Celui qui était jusque là directeur général adjoint de l’établissement financier, occupera ce poste jusqu’à la nomination du titulaire définitif. L’information a été confirmé par le PCA Etienne-Guy Mouvagha Tchioba au quotidien L’union, «Pour l’instant, le Français Bernard Levie, ancien directeur général adjoint de Bicig, est directeur général par intérim», a-t-il précisé, avant d’ajouter qu’«un nouveau directeur général local, rompu aux arcanes de la banque et de la finance, devrait être nommé prochainement».

En outre, souhaitant revenir sur le contexte qui a emmené «la nouvelle configuration de l’actionnariat de la banque» et conduit au rachat par l’Etat gabonais de 41% des parts de BNP Paribas, Etienne-Guy Mouvagha Tchioba a indiqué que «la BNP était claire : il fallait que les autorités trouvent un nouvel actionnaire, dans le cas contraire, elle allait nous imposer un repreneur (…) C’est ainsi que l’ Etat est entré dans la course, via le Fonds gabonais d’investissement stratégiques».

Le PCA a ensuite conclu son propos en indiquant que «le FGIS est pour le moment actionnaire à 41%, jusqu’à ce qu’un repreneur, banquier de préférence, dont les compétences sont avérées, fassent une proposition de rachat des parts du FGIS».

Laissez votre commentaire