Un faux procureur mis aux arrêts à Lambaréné

Tel est pris qui croyait prendre. Ce proverbe de la fable “Le rat et l’huître” de La Fontaine, siérait bien à Yannick Essongue, ce gabono-camerounais de 35 ans qui a été interpellé à Lambaréné (Moyen-Ogooué), non seulement pour coup et blessure aggravé mais aussi pour usurpation de titres. En effet, ce dernier pour échapper aux condés a tenté de se faire passer pour un ancien procureur, pensant ainsi se glisser entre les maille du filet judiciaire.

Le faux procureur Essongue, qui apparemment était un adepte de l’usurpation de titre a été stoppé net, après avoir été confondu par les agents de la Police d’investigations judiciaires (PIJ) de Lambaréné. Celui-ci brandissait le titre d’ancien procureur de la République près le tribunal judiciaire de première instance d’Oyem.

Selon le rapport d’enquête, c’est une histoire de coups et blessures volontaires qui a conduit Yannick Essongue dans les locaux de l’antenne de la Police d’investigations judiciaires de Lambaréné. Sa victime, l’ami d’une demoiselle qu’il convoitait sur la base d’un tissu de mensonges en lien avec ses prétendues qualifications. Le malheureux «rival» aurait été proprement agressé, nous rapporte le site web du quotidien l’Union.

Après son forfait, il tentera de prendre la poudre d’escampette, mais sera rattrapé in extremis par les agents des forces de sécurité. Ainsi pris au collet, il se présentera à ces dernier comme étant un ancien procureur d’Oyem. Histoire, sans doute, de faire comprendre aux Officiers de police judiciaire (OPJ) qu’ils ont affaire à leur supérieur hiérarchique poursuit le quotidien.

Malheureusement confondus, l’audacieux vrai-faux magistrat a été déféré, le mardi 14 février dernier, devant un «collègue» du parquet de la ville de Lambaréné, qui après audition l’a incarcéré à la prison centrale de cette localité.

Laissez votre avis