Tropicale : Pour Nicole Assele, le boycott des cyclistes gabonais est lié à des intérêts politiques

Le départ de la Tropicale Amissa Bongo a été marqué, le lundi 27 février 2017 par l’absence des coureurs gabonais sur fond de revendications. Ce mardi 28 février, ces derniers se sont expliqués sur le bien-fondé de leur mouvement. Quant à la  ministre des sports, Nicole Assele, elle a déploré la manipulation politique.

Cédric Tchouta, capitaine de la sélection gabonaise de cyclisme décrit le fait que le cyclisme gabonais patine. «On fait un pas en avant, deux en arrière.» explique-t-il. Pour manifester leur mécontentement,  ils ont décidé de ne pas prendre part à cette compétition. Une façon pour eux de lancer un signal fort à l’endroit des pouvoirs publics.

Ces derniers sont conscients du tort qu’ils infligent au pays et de l’image négative qu’ils véhiculent mais ils pensent que leur boycott est justifié car c’est pour la bonne cause. Éphrem Ekobena, meilleur coureur gabonais, a à son tour déclaré : «Nous avons trahi la patrie mais c’est un mal nécessaire pour que les choses aillent mieux.»

Du côté des autorités, c’est la stupéfaction et la désolation. L’on a du mal à comprendre cette posture de l’équipe national. Nicole Assele, Ministre de la jeunesse et des sports a rappelé qu’«Un sportif doit être fair-play.» avant de préciser qu’«On ne doit pas mettre l’argent et la politique devant.»

Les cyclistes gabonais pour leur part se demandent bien en quoi ce boycott a une connotation politique. Est-ce que le fait de réclamer des meilleures conditions de vie et de travail, c’est être contre les dirigeants s’interrogent ils? N’oublions pas que ces derniers sont des hommes, qui doivent vivre et certainement, faire vivre des familles. Leur demander de faire semblant et masquer la réalité serait un supplice.  
Il est souhaitable que Les autorités se penchent sur leurs différentes revendications afin que la sérénité revienne au sein de l’équipe et que les prochaines compétitions ne puissent pas connaître le même sort.

Laissez votre avis