Tropicale Amissa Bongo: Niccolò Bonifazio impose sa loi sur l’axe Franceville-Okondja

Niccolò Bonifazio et à droite le ministre délégué des Sports Arsène Nkoghe après l'étape Franceville-Okondja © GMT

Ce mardi 22 janvier a eu lieu la deuxième étape de la course cycliste la plus cotée d’Afrique, la Tropicale Amissa Bongo sur le parcours Franceville-Okondja. Comme lors du premier round de cette compétition, c’est l’italien Niccolo Bonifazio, recruté cet hiver par Direct Energie, qui a une fois de plus tiré son épingle du jeu en remportant cette énième étape, qui a connu un fort engagement de la part des cyclistes.

Pour cette deuxième étape Franceville-Okondja longue de 169 kilomètres, cette course qui engage près de 90 cyclistes aura tenu toutes ses promesses en matière d’engagement. D’ailleurs dès les premiers kilomètres de la course malgré plusieurs tentatives d’échappées menées notamment par les coureurs Tesfom Sirak, Tamasna Mohamed, Mugisha Samuel, Redae (Ethiopie), Sabbahi ou Reguigui, le peloton restera groupé à l’approche du premier GP du meilleur grimpeur.

C’est dans la descente après le GP du meilleur grimpeur, que le peloton se scindera en plusieurs groupes sous l’impulsion de Gaudin Damien de l’équipe Direct Energie. Au kilomètre 15 l’instabilité du peloton demeure ce qui a pour conséquence de provoquer des cassures du groupe. Le premier est composé d’une vingtaine de coureurs sans le maillot jaune.

Après de nouvelles tentatives, un groupe arrive finalement à se former au kilomètre 45 notamment avec Tesfom, Julius, Haylemaryam, Mugisha, Le Roux, Mottier, Frapporti, Gène, Gaudin, Teklehaimanot, Reguigui, Feillu, Du Plooy, avec une légère avance de 40 secondes sur le peloton. Au kilomètre 61, les coéquipiers d’André Greipel creuseront un peu l’écart sur peloton mais l’avance de l’échappée continue d’augmenter plus de 3 minutes 05 secondes.

A 110 km et à 59 km de l’arrivée à Okondja, l’équipe d’Arkea-Samsic consolide sa position en tête du peloton. L’écart du peloton passe à 2 minutes. A 40 km de l’arrivée,  les rescapés sont repris par le peloton. Il reste deux coureurs en tête : Marco Frapporti et Jayde Julius, avec une avance de 2 minutes. Les 3 équipes françaises de sprinters, Direct Energie, Vital Concept-B&B Hotels et Arkéa-Samsic collaborent en tête de peloton pour combler le retard à 30 km de l’arrivée, qui est désormais de 55 secondes. A 20 km, l’avance n’est plus que de 25 secondes.

Alors que Marco Frapporti fait  la course en tête à 10 km de l’arrivée, il est vite repris par le peloton à 8 kilomètres du but, ouvrant ainsi les débats sur le sprint final. Comme hier à Moanda, l’Italien de Direct Energie est une fois de plus le plus rapide au sprint. Il s’impose à nouveau devant André Greipel et conforte ainsi son maillot jaune de leader à 06 heures 47 minutes 26 secondes.

Laissez votre commentaire