Trois questions à…Jean Ping : « Nous sommes avec le peuple et nous réagirons avec le peuple »

Dans le cadre d’un entretien exclusif qu’il a accordé à plusieurs médias nationaux, Jean Ping a répondu aux préoccupations de la rédaction de Gabon média Time. Entre autre sujet évoqué, l’adoption le 2 février 2017 par le parlement européen réuni à Bruxelles, d’une résolution sur la situation sociopolitique au Gabon au sortir de l’élection présidentielle du 27 août 2016, la question du dialogue national et les perspectives politiques.

La résolution adoptée par le parlement européen n’étant pas contraignante, il reviendra en principe au conseil européen de valider ou non celle-ci. Etes-vous rassuré quant à la suite de cette procédure ?

Bien sûr, si vous n’êtes pas rassuré c’est que vous ne voyez pas comment le système fonctionne. La résolution a été adoptée par 553 voix pour, et une soixantaine de voix contre, c’est-à-dire qu’elle a été adoptée très majoritairement. Et dans cette résolution il s’agit des parlementaires, et les parlementaires votent par groupe c’est-à-dire les socialistes qu’ils soient français, qu’ils soient allemand ils votent ainsi. Les parlementaires européens qui votent sont en liaison avec leur gouvernement, alors c’est sans aucun doute que la résolution sera adoptée.

Parlons du dialogue national, le contenu de la résolution de l’Union européenne évoque la tenue d’un dialogue intensifié, et Ali Bongo s’apprête à tenir sous peu le sien, peut-on envisager vous voir y participer pour détendre le climat politique qui demeure tendu dans le pays ?

Il y a des dialogues, nous avons tenu notre dialogue, vous connaissez les conclusions de celui ci, elles sont claires y compris la question sur notre feuille de route. Notre feuille de route était parfaitement déclinée et nous la suivons pas à pas. Maintenant vous parlez du dialogue de l’imposteur, pour tenir un dialogue du genre de celui qu’il propose, ils veulent que nous y soyons tous, c’est clair vous savez que la population gabonaise ne veut pas de ce dialogue, et surtout ne veut pas que nous y participons. Ils disent clairement que si monsieur Ping va à ce dialogue, c’est qu’il nous a trahi et nous viendrons brûler chez lui, je suis en harmonie totale avec la population gabonaise, donc je n’irai pas à ce dialogue, je n’irai jamais à ce dialogue. Qu’ils prennent tous les partis qu’ils veulent, cinquante ou soixante qu’ils prennent, nous sommes là nous n’irons pas au dialogue, l’équipe qui est avec nous ici est claire, nous n’irons pas à ce dialogue et il ne donnera rien je peux vous le dire, absolument rien.

Nombreux de vos partisans aujourd’hui se retournent contre vous, ils fustigent entre autre la lenteur dans le processus de résistance que vous prônez. Que dites-vous aux irréductibles pour tenter d’affermir leur engagement à vos côtés ?

Je crois peut-être que vous faites la confusion entre certains des opportunistes, qu’on appelle les profito-situationnistes qui toute leur vie ont toujours fait ça, toute leur vie ils n’ont fait que ça. Vous les confondez avec le peuple. Le peuple en revanche se dit, nous n’entendons plus le président, nous ne le voyons plus et est-ce qu’il a abandonné ? Et est-ce qu’il nous a abandonné ? C’est l’occasion de dire clairement que nous n’avons pas abandonné le peuple et que nous ne l’abandonnerons jamais. Nous sommes avec le peuple et nous réagirons avec le peuple, je viens de vous démontrer dans tous les cas qui ont été évoqués tout à l’heure, et je viens de vous dire également que nous allons commencer à entreprendre des sorties pour que le peuple ne se pose plus la question de savoir, où est Ping ? que dit Ping ? Toutes ces questions que le peuple se pose,il faut qu’on arrive à y répondre, et nous allons répondre.

Laissez votre avis