Tripatouillage du PV du CSM : Audrey Bongo Ondimba et d’autres magistrats irrégulièrement promus

Des membres du Synamag © GMT

Au cours de son l’assemblée générale de rentrée syndicale le jeudi 23 novembre dernier, le syndicat national des magistrats du Gabon (Synamag) a dénoncé le «tripatouillage» éhonté du procès verbal du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) du mercredi 7 septembre 2017. Une situation qui a conduit à des nominations qui ne figurait pas dans le communiqué final publié dans le quotidien L’Union.

C’est face à cette situation aussi invraisemblable que honteuse que le bureau du Synamag a indiqué avoir introduit un recours le 31 octobre 2017 pour dénoncer la manipulation du procès verbal du CSM. Celui-ci concernait les nominations au sein de la Cour d’appel administrative jugé inconcevable, les promus n’étant pas des magistrats ayant le grade hors hiérarchie.

En outre, les magistrats ont également dénoncés les promotions et nominations irrégulières au tribunal de première instance de Libreville et de Port-Gentil et au tribunal administratif de Libreville. Ainsi, suite à la manipulation du procès verbal du Conseil supérieur de la magistrature, ce sont : Bongo Ondimba Audrey Nita, Tsevo Bisselo Wendline épouse Bourobou, Emiliana Ludivine Kengue épouse Boudiala, Tsona Michèle Nelly épouse Moussounda et de Essa qui ont été ajoutés à la liste des magistrats régulièrement nommés et affectés au cours du CSM.  

Autant de nominations irrégulières qui laissent penser à un désordre orchestré après le Conseil supérieur de la magistrature au niveau de la chancellerie. Le premier vice-président du Synamag,Justin Loundou, a d’ailleurs indiqué qu’il revenait à l’assemblée générale de décider de la suite à donner à ses recours qui depuis lors sont demeurés sans suite.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire