Travail des étrangers et système électoral au menu des réformes de l’Etat

Ce jeudi 2 février 2017, le ministère de la réforme de l’Etat, Joël Pono Opape a fait l’annonce de la préparation d’un texte visant à mieux réguler le travail des étrangers au Gabon ainsi que la réforme du système électoral, notamment l’entrée au parlement des représentants des Gabonais de l’extérieur. Des mesures prises dans le cadre des 172 mesures prioritaires du gouvernement.

Le ministre de la réforme de l’Etat, Joël Pono Opape, est à l’initiative d’un texte visant à lutter contre le chômage des nationaux. Joël Pono Opape poursuit la dynamique du changement des textes touchant à la vie des populations qui avaient  été conçus pendant les 100 premiers jours du gouvernement. Le ministre a ensuite rassuré que « ce texte conçu avec le concours de l’Office national de l’emploi, n’est nullement discriminatoire encore moins xénophobe » tenait-il à expliquer,  précisant la volonté de régir certains secteurs d’activités dans lesquels les nationaux ne parviennent pas à trouver du travail et/où ils se sentent marginalisés.

Après ce prétexte nationaliste sur la réforme des textes qui touchent à la vie des populations, le ministre de la réforme de l’Etat a annoncé que « les réformes d’ordre institutionnel devraient être évoquées lors du dialogue national inclusif sans tabou, prôné par le chef de l’Etat ».

Par ailleurs, afin de préparer l’entrée au parlement des députés des Gabonais de l’extérieur, « le gouvernement travaille également sur le redécoupage électoral, de manière à faciliter les opérations de vote pour les Gabonais qui résident à l’étranger », cela permettra également au parlement d’être au fait des préoccupations des Gabonais vivant hors du pays : « Ils pourraient ainsi s’exprimer par le biais de leurs élus plutôt que par le canal des réseaux sociaux comme c’est malheureusement le cas aujourd’hui » a-t-il poursuivi.

A la lumière des réformes futures présentées par monsieur Joël Pano Opape, sur celles qui traitent les préoccupations d’ordres institutionnelles, l’on se demande si pendant le dialogue national qui se tiendra après la Can Total Gabon 2017, les questions de la limitation des mandats présidentiels et des élections politiques à deux tours seront abordées « sans tabous » ?

Laissez votre avis