vendredi,23 avril 2021
AccueilDerniers articlesTraquenard de Banjul: la CAF inflige une amende au Gabon et à...

Traquenard de Banjul: la CAF inflige une amende au Gabon et à la Gambie un sursis

Très attendu par les populations gabonaises, le couperet de la Confédération africaine de football (CAF) sur les événements malheureux survenus à l’aéroport à la veille de la rencontre cruciale entre les Panthères et les Scorpions de Gambie est finalement tombé. Le Gabon écope, comme la Gambie, d’une sanction financière. Incompréhensible au regard de la gravité de l’attitude adoptée par les autorités gambiennes à l’arrivée sur leur sol de la délégation gabonaise. 

« Manquement aux valeurs sportives et d’intégrité à la Fédération Gabonaise de Football pour le comportement regrettable de son joueur ». C’est ce sur quoi s’est fondée la Confédération africaine de Football (CAF) pour condamner le Gabon pour une affaire dans laquelle elle est victime presque expiatoire, tant l’attitude portant atteinte à l’intégrité physique des Panthères du Gabon à Banjul ne souffre d’aucune contestation.  

A lire cette décision de la CAF qui évoque « le comportement regrettable de son joueur » pour faire allusion aux messages de dénonciation sur les réseaux sociaux  du capitaine des Panthères, Pierre Emerick Aubameyang n’aurait pas dû parler ni s’exprimer sur cette situation qui n’honore pas le football africain. Triste posture de l’instance faîtière du football continental. 

En infligeant au Gabon cette amende de 10 000 dollars, la Confédération africaine de football par cette décision fait le lit à l’impunité et encourage certaines fédérations à continuer dans des attitudes rétrogrades et préhistoriques comme celle dans laquelle les autorités gambiennes se sont vautrées un soir de novembre 2020 en laissant dormir à même le sol jusqu’à 6 heures toute  la délégation gabonaise, venue pour un match éliminatoire prévu se jouer le lendemain. 

A noter que dans le même temps, la fédération gambienne écope d’une amende de 50 000 dollars avec sursis au motif qu’elle n’a « pas respecté les valeurs de loyauté, d’intégrité sportives et les règles du Fairplay concernant l’accueil de la délégation gabonaise » et à « condition que la fédération gambienne ne soit pas reconnue coupable d’une infraction similaire au cours des vingt-quatre (24) prochains mois », martelle l’instance faîtière du football africain. 

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Bestheinfusion