Touadéra sollicite le maintien des troupes gabonaises en Centrafrique

Ali Bongo Ondimba au côté du président de la République Centrafricaine, Faustin Archange Touadéra © D.R

Ce jeudi 14 juin 2018, Ali Bongo Ondimba a reçu en audience au palais du Bord de mer son homologue centrafricain Faustin Archange Touadéra, président de la République Centrafricaine dans le cadre d’une brève visite de travail et d’amitié. À cette occasion, le numéro 1 centrafricain, a demandé au président gabonais le maintien des troupes gabonaises au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations unies en Centrafrique (Minusca).

Ali Bongo Ondimba, par ailleurs président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), a reçu ce jour son homologue centrafricain, Faustin Archange Touadéra. Si les échanges entre les deux hommes ont essentiellement portés sur les questions de paix et de sécurité dans la sous-région et la coopération bilatérale entre les deux pays, un accent particulier a été mis sur le rapatriement,  pour des questions de retour progressif à la stabilité, du contingent gabonais stationné en Centrafrique.

Initialement prévu pour septembre prochain, le retrait 450 soldats gabonais, sur les 12 500 que compose la MINUSCA, en mission de maintien de paix en République Centrafricaine pourrait être reporté à sine die. C’est donc au cours d’une conférence de presse, animée conjointement avec le président gabonais, que le numéro Centrafricain a formulé sa demande. «Je suis venu dire à mon frère Ali Bongo que nous avons encore besoin de cette force dans notre quête de stabilité», a indiqué Faustin Archange Touadéra.

Une requête à laquelle le président gabonais a répondu favorablement. «La sécurité du Gabon commence par ses frontières. Et dans cette sous-région, notre sécurité dépend les uns et des autres», a renchéri Ali Bongo. Il n’hésitera pas d’ailleurs à donner plus d’assurance à son interlocuteur, «Je vais réunir à nouveau le gouvernement, pour donner les indications que le président Touadéra viens de me fournir sur la situation. Nous allons réexaminer notre position, et je pense que nous allons répondre positivement et favorablement à la requête de nos frères».

Trois mois après sa dernière visite au Gabon Faustin Archange Touadéra a réaffirmé sa détermination à trouver une solution définitive à la crise meurtrière que traverse son pays depuis 2013. Malgré le retour progressif de la paix en Centrafrique, l’État ne contrôle à ce jour qu’une maigre partie du territoire national puisque les groupes armés continuent de s’affronter dans les provinces pour le contrôle du diamant, de l’or et du bétail. Le Conseil de sécurité, a d’ailleurs, en novembre dernier, voté pour un renforcement de la Minusca de 900 hommes, mais à ce jour, aucun pays n’aurait annoncé de nouvelles contributions. 

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire