Télécommunication: Le spectre du retrait de la licence plane sur Libertis et Airtel

Lin Mombo entouré des directeurs généraux de Gabon Telecom et Airtel Gabon © Gabonreview

C’est dans un communiqué rendu public ce lundi 29 octobre 2018 que  l’Autorité de régularisation des communications électroniques et des postes (ARCEP), a mis en garde les  maisons de téléphonie mobile, Gabon Telecom et Airtel Gabon contre le non-respect de leurs engagements en matière de qualité de service. Occasion choisie par le régulateur de rappeler à ces derniers les sanctions qui pourraient leurs être infligées si jamais ils ne procédaient pas à une amélioration de leurs réseaux respectifs.

Cest au terme d’une campagne nationale de mesure de la qualité de service des réseaux de téléphonie mobile qui s’est déroulée du 20 août au 18 septembre 2018 que l’ARCEP a présenté les résultats aux opérateurs en présence du ministre de l’Economie  numérique Guy Bertrand Mapangou. Ainsi, elle a constaté de nombreuses anomalies non seulement sur la couverture radio 2G, 3G et 4G mais aussi sur le service voix.

Face à cette situation pour le moins préjudiciable aux consommateurs gabonais, le Président du Conseil de Régulation Lin Mombo, a rappelé que l’article 31 nouveau de la loi n 005/2001 du 27 juin 2001 portant réglementation du secteur des télécommunications en  République gabonaise prévoyait la prise de mesures pour recadrer ces dysfonctionnements.

Ainsi selon les dispositions de cet article, «  lorsque le délégataire ou le titulaire d’une licence ou d’une autorisation ne respecte pas les obligations, l’Autorité de Régulation est tenue de lui délivrer une mise en demeure. Si la mise en demeure n’est pas suivie d’effet, le délégataire ou le titulaire de la licence ou de l’autorisation encourt l’une des sanctions suivantes: une pénalité pécuniaire dont le montant est proportionnel à la gravité du manquement et aux avantages qui en sont retirés; la suspension de la licence ou de l’autorisation pour une durée n’excédant pas un mois;  la réduction de la durée de la licence ou de l’autorisation pour un an au plus; le retrait de la licence ou de l’autorisation».

Par ailleurs, le président de l’Arcep a également indiqué que conformément à la réglementation  en vigueur et aux instructions du gouvernement , les résultats de l’audit de cette campagne seront présentés au prochain conseil de Régulation qui pourra décider de la conduite à tenir vis à vis de ces opérateurs.

Laissez votre commentaire