Le Syndicat des greffiers du Gabon pour la défense des intérêts de la corporation

Le président du bureau provisoire du SGG, Maître Thytiss Hemy Morety à Gauche © GMT

Dans l’optique d’être un interlocuteur crédible auprès de la tutelle, le Syndicat des greffiers du Gabon (SGG) a tenu une assemblée générale de mise au point avec ses adhérents ce vendredi 13 juillet 2018 au Palais de justice de Libreville. Occasion pour le bureau provisoire de cette organisation syndicale de définir les missions qui devraient concourir à défendre valablement les droits de ces auxiliaires de justice.

En effet, lors de cette rencontre, il était question d’échanger avec les greffiers sur le fonctionnement de ce syndicat qui pendant longtemps était resté inactif. Cette réorganisation s’inscrit dans la volonté de ses membres de se doter d’un véritable cadre d’échange mais aussi, d’une plateforme susceptible de défendre réellement leurs intérêts auprès du ministère de la Justice, Garde des sceaux.  

Au cours de cette assemblée générale qui a vu la participation de nombreux greffiers, certains ont pu émettre quelques idées afin d’encadrer le fonctionnement de cette organisation syndicale. D’ailleurs, lors de son intervention devant ses collègues, le président du bureau provisoire du SGG, Maître Thytiss Hemy Morety a émis le souhait de voir chacun d’eux s’impliquer dans les activités de ce syndicat, comme le garantie la constitution gabonaise en matière de liberté d’expression et d’opinion.  

«L’assemblée a donné comme missions au bureau provisoire jusqu’au mois de décembre 2018 avec pour objectif de s’approprier les maux qui minent le corps des greffes, renouer le contact avec la tutelle et éventuellement préparer les élections qui permettront d’installer le bureau définitif», a-t-il souligné.

Par ailleurs, il a tenu également à dresser le tableau des maux qui minent cette corporation et qu’il entend prendre à bras le corps. «Parmi les maux qui minent le greffe il y a l’absence des concours professionnels, les  irrégularités au niveau des affectations qui ne sont pas conformes à la loi il y a également un projet de loi qui a été mis sur la table que nous devons nous approprier afin de réactualiser parce qu’aujourd’hui il y a des profils de recrutements au sein du corps de greffes qui a été révisé notamment au niveau des grades», a relevé Maître Thytiss Hemy Morety.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire