Des syndicalistes sabotent l’intégration de la 28ème promotion des agents des douanes

Les recrues sur la cours de l'école de gendarmerie d'Owendo © D.R

Près de deux ans après la fin de leur formation à l’Ecole de préparation aux carrières administratives (EPCA) les agents de douane de la 28ème promotion de cet établissement public continuent de broyer du noir notamment concernant leur intégration. En effet, cette situation pour le moins incongrue serait selon les concernés entretenue par des responsables syndicaux qui feraient des pieds et des mains pour ne pas voir leurs dossiers aboutir.

Cette situation est d’autant plus incompréhensible que les stagiaires de la 28ème promotion de l’EPCA ont non seulement reçu leurs attestations de pré-insertion professionnelle en juillet 2017, mais ils ont été également déployés depuis lors sur le terrain. Il faut noter que depuis cette mise à disposition, ces derniers remplissent consciencieusement leurs obligations et contribuent par cette occasion à la collecte des différents droits de douane et autres taxes pour augmenter les recettes fiscales de l’Etat. Sauf que depuis deux ans, rien ne semble avoir évolué dans le sens de leur intégration.

Au nombre des préoccupations qu’ils souhaitent voir être résolues, il y a entre autres la notification de leur « prise de  service, des affectations, la perception de leurs émoluments, l’organisation de la cérémonie de port de galons, la prestation de serment mais aussi le traitement de leurs dossiers d’intégration auprès du ministère de la Fonction publique ».

Par ailleurs, ils n’ont pas manqué de fustiger l’attitude quelque peu rétrograde de certains syndicalistes, qui arguent du déroulement de l’audit des régies financières, ne souhaitent pas voir la situation administrative de ces agents des douanes être définitivement réglée. Une position qui suscite d’ailleurs des interrogations alors que le ministère de l’Economie, de la Prospective et de la Programmation du développement a toujours indiqué sa volonté de voir leur situation régularisée.

Comme preuve des mauvaises intentions nourries par ces syndicalistes, ils pointent du doigt l’acharnement dont ils sont victimes, et soupçonnent les responsables syndicaux de militer pour la nonrésolution des problèmes de la 28ème promotion pour des raisons inconnues et qui d’ailleurs s’illustrent très souvent par des menaces de grève tous azimut à l’encontre des autorités.

Laissez votre commentaire