samedi,24 juillet 2021
AccueilA La UneSuspension de l’établissement de la carte nationale d’identité: Matha coupable d’atteinte à...

Suspension de l’établissement de la carte nationale d’identité: Matha coupable d’atteinte à la citoyenneté?

Ecouter cet article

Suspendu depuis près d’une décennie, l’établissement de la carte nationale d’identité  semble ne pas être un priorité pour Lambert-Noël Matha, ministre de l’intérieur. Pourtant, pour plusieurs experts de la question, cette situation qui n’a que trop duré est constitutive d’une entrave manifeste à l’expression plurielle de la liberté et à la citoyenneté pour tout Gabonais. 

À l’heure où l’égalité des chances est prônée par les plus hautes autorités de la République en tête desquelles le Chef de l’État Ali Bongo Ondimba, il est regrettable de constater que depuis 2013, aucun Gabonais ne peut se faire établir une carte nationale d’identité. Une situation non élucidée par le premier policier qui avait botté en touche en pointant du doigt le non-paiement des prestataires commis à cette tâche et la vétusté des équipements.

Pourtant, Lambert-Noël Matha n’a de cesse de répéter que le gouvernement est à pied d’œuvre pour sortir enfin de cette léthargie administrative qui n’est pas sans conséquence. En effet, dans un entretien accordé à notre confrère Gabon Matin, Gaëtan Iyembe, juriste de formation, a rappelé l’importance de cet outil. « La carte nationale d’identité est un document qui permet à tout citoyen gabonais de justifier de son identité et de sa nationalité dès lors qu’il la possède », a-t-il indiqué.

En outre, ce dernier a mis en exergue les effets pervers de cette suspension sur bon nombre de compatriotes. « Aujourd’hui, les Gabonais qui ont accédé à la majorité juridique pendant les années de cette suspension de la distribution de la carte nationale, sont certainement confrontés à l’absence de cette pièce pour pouvoir justifier et prouver leur nationalité. Autrement dit, ces derniers ne peuvent pas librement exercer leur citoyenneté », a déploré Gaëtan Iyembe.


Plus grave, cette carence de carte nationale d’identité pour les populations est un handicap majeur dans les droits et devoirs de tout Gabonais. « La citoyenneté, dans son acception moderne, est un statut juridique. Ce statut juridique est conféré par l’État à tout individu détenteur de la carte nationale d’identité, sur toute l’étendue du territoire », a-t-il souligné. Toute chose qui devrait interpeller davantage le ministère de l’intérieur. Et ce, alors que se profile à grands pas une énième échéance électorale majeure à savoir les présidentielles de 2023.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )