SNLS : Paul Mapessi dénonce un «règlement de compte politique» orchestré par Ben Moubamba

Suite à l’interview accordée au quotidien l’Union par  le vice-Premier ministre Bruno Ben Moubamba, dans laquelle il dénonce la gestion calamiteuse du Directeur général de la SNLS, Paul Mapessi, ce dernier s’est pourfendu d’une réponse cinglante contre son supérieur hiérarchique.  Il revient entre autres sur la mesure de suspension prononcée​ en son encontre, mais aussi sur les accusations de malversations.

GABON LIBREVILLE

En effet, au cours de cet entretien, Paul Mapessi revient sur la suspension prononcée contre lui par Bruno Ben Moubamba. A ce propos, il se dit étonné par cette décision qu’il juge illégale. «je confirme avoir été suspendu de mes fonctions par le VPM en toute illégalité depuis le 14 mars 2017. Depuis cette date, je ne travaille plus», précise t-il.

En outre, sur l’accusation de malversations financières et de vente illégale de terrain, le directeur général de la Snls, explique que ces allégations sont sans fondement. En effet, il souligne que «les dispositions pertinentes de l’Acte uniforme OHADA donnent les pleins pouvoirs au directeur général. C’est donc sur la base de ces pouvoirs, repris par le procès-verbal du Conseil d’administration du 19 avril 2013, que les ventes ont été effectuées pour servir de financement des travaux de construction de logements».

Paul Mapessi, poursuit que les accusations portées en son encontre procèdent​ de la «volonté manifeste du VPM (Ndlr: vice-Premier ministre) de nuire» à sa personne. «Le VPM pose des actes de nature à saper l’action de la Snls, en insinuant de fausses accusations de malversations financières à mon encontre»; indique t-il.

Il rappelle d’ailleurs que depuis la prise de fonction de Bruno Ben Moubamba «il n’a eu de cesse de m’invectiver et de me faire convoquer entre les mois de janvier et avril 2017 à la DGR»; une situation qui sonne comme un acharnement contre Paul Mapessi, qui dénonce l’acharnement du vice-Premier ministre qu’il assimile à un  «règlement de compte sur le plan politique». «J’ai conscience que le seul but du VPM est de salir davantage mon honneur, après avoir fait des dénonciations calomnieuses sur ma personne et une communication dénuée de tout fondement»; conclu t-il.

Laissez votre commentaire