Simon Ndong Edzo: «il n’existe à ce jour aucune loi qui contraint les agents publics au pointage»

Simon Ndong Edzo, délégué général de la Convention nationale des syndicats de l’éducation nationale © D.R/GMT

Le délégué général de la Convention nationale des syndicats de l’éducation nationale (Conasysed), Simon Ndong Edzo a prévenu  le ministre de l’éducation nationale, Francis Nkea Ndzigue, par le biais d’une correspondance qu’il compte engager des poursuites judiciaires à l’encontre des chefs d’établissement qui contraignent les les enseignants au pointage. En effet, le syndicaliste s’est insurgé contre cette obligation qui ne repose sur aucune base légale.

Le ministre de la Fonction publique, Ali Akbar Onanga Y’Obegue a pris plusieurs actes réglementaires à l’encontre des fonctionnaires, dont le pointage auquel sont désormais assujettis les enseignants. Une nouvelle tombée en août dernier qui irrite fortement cette catégorie d’agents publics et en particulier les instituteurs et les professeurs rattachés à la Conasysed.

Simon Ndong Edzo, qui a rappelé que la notion des heures supplémentaires n’existe pas dans la Fonction publique, a par cette correspondance interpellé le membre du gouvernement afin qu’il donne des explications sur ce système de pointage imposé illégalement aux enseignants. « Pointer, c’est marquer les personnes présentes ou absentes sur une liste ; c’est contrôler les heures d’entrée et de sortie des ouvriers, des employés. Or, il n’existe à ce jour aucune loi qui contraint les agents publics au pointage », a-t-il expliqué.

Il a poursuivi son argumentation en précisant que sur le plan des engagements du Gabon au niveau international, l’esprit de l’article 124 de la Recommandation Organisation internationale du travail (OIT) et l’Organisation des nations unies pour l’éducation la science et la culture (UNESCO) de 1966 « aucun système de rémunération d’après le mérite ne devrait être instauré ni appliqué sans l’avis préalable et le consentement des organisations d’enseignants intéressés ».

Face à cette décision qu’il juge injuste et illégale, Simon Ndong Edzo a déclaré que la Conasysed n’hésiterait pas à porter plainte contre les chefs d’établissement et responsables qui usent de menaces et intimidations à l’encontre des enseignants refusant de se soumettre au pointage.

Laissez votre commentaire