Shell Gabon entre en grève générale illimitée

C’est ce qu’a annoncé la secrétaire chargée de la réglementation, des relations extérieures et de la communication du bureau national de l’Onep, Guylaine Mboui Zolo Ba-Ndong dans une note référencée ONEP_BN_01/17/008 adressée aux employés de Shell Gabon ce mercredi 11 janvier 2017.

Depuis le début des négociations, le jeudi 14 novembre dernier entre Shell et le potentiel repreneur, plus rien ne va au sein de cette entreprise. Des tensions entre les employés soucieux de leur devenir et la direction générale perturbent le bon fonctionnement de cette structure.

Ainsi, suite au refus de la direction générale de considérer les revendications exprimées par l’assemblée générale du 9 janvier 2017, “ le bureau national [ de l’Onep (NDLR)] vous informe, du lancement de la grève illimitée qui couvrira l’ensemble des établissements de la société Shell Gabon (Libreville, Port-Gentil, Gamba, Rabi, Koula, Toucan) dès ce mercredi 11 janvier 2017 à 23h59” a-t-on pu lire.

Déjà en crise depuis plusieurs mois, le secteur pétrolier gabonais va connaître avec la grève générale lancée par les employés du Groupe Shell Gabon, d’importantes pertes. Ce mouvement de grève va inévitablement faire péricliter la production pétrolière nationale.

Si le mouvement de grève peut-être légitimé par les incertitudes qui habitent les salariés avec l’arrivée d’un repreneur, le respect des textes en vigueur et la sécurité doivent être de mise. Pour se faire, le secrétariat général n’a pas manqué d’attirer l’attention des employés de Shell : “ dès réception de ce mot d’ordre, il vous est demandé, conformément à l’arrêté 003/PR/MTEPS/du 20 mars 2010, de mettre en sécurité les installations et postes de travail, suivant les procédures internes” a précisé Guylaine Mboui Zola Ba-Ndong, agissant au nom du bureau national. Demandant par ailleurs aux grévistes de ne pas quitter leur poste de travail sans “ l’avoir, au préalable, mis en sécurité”.

Par conséquent, il serait peut être temps de repartir sur de nouvelles bases avec l’arrivée au ministère du pétrole et des hydrocarbures de Pascal Houangni Ambourouet qui pourrait user de ses qualités managériales pour trouver enfin, des solutions idoines à une réelle sortie de crise au sein de cette entreprise présente au Gabon depuis plus de 50 ans.

Laissez votre commentaire

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire