jeudi,1 octobre 2020
Accueil Derniers articles Serge Zeng Ango pour un Gabon où la liberté de la presse...

Serge Zeng Ango pour un Gabon où la liberté de la presse est une réalité

Observateur de la vie politique gabonaise et membre du bureau national Serge Zeng Ango dresse dans une tribune parvenue à Gabon Media Time, un tableau sombre de la situation de la liberté de la presse au Gabon. Selon le Commissaire national chargé de l’Économie du Tourisme de l’Union Nationale (UN), pour arriver à une véritable liberté des médias, le pays doit  envisager un certain nombre de réformes financières et juridiques mais surtout fournir des efforts considérables sur le classement établi par Reporters sans frontières (RSF). In extenso l’intégralité de ladite tribune. 

« La Constitution en son article 8, Le Président de la République est le garant de la Liberté de la Presse. Cependant, cette Liberté de la Presse ne doit pas être un slogan virtuel mais une réalité et cette réalité doit se traduire dans les actes notamment sur obligations financières et juridiques de l’État vis-à-vis de la presse. C’est à dire : 

1) garantir le versement annuel de la subvention aux organismes de presse exerçant sur le territoire,  encadrer leur profession tout en  leur offrant des opportunités  de formation et de recyclage. 

2)Garantir leur sécurité car s trop souvent interpellés,intimidés et menacés pour leurs opinions.

 3)Garantir l’équité en ce qui concerne le fonctionnement de la HAC qui malheureusement brille de temps en temps par un abus d’autorité sur les organes de presse à travers des suspensions et sanctions abusives et souvent conformes à la loi. 

C’est pourquoi il est important que la Désignation du Président de la HAC dans un proche avenir , se fasse par mode d’élection. C’est à dire que le Président de la HAC et tous les membres qui la compose soient désignés par leurs pairs. C’est cette désignation qui doit être entérinée en conseil des Ministres par Décret du PR. 

Garantir la liberté de la presse c’est aussi et surtout permettre à toutes les sensibilités politiques et associatives et religieuses d’avoir de façon équitable accès aux médias publics.

Malheureusement à l’épreuve des faits, nous constatons pour le regretter que l’article 8 de notre constitution n’est appliquée qu’à 25%. Il est donc nécessaire que son application totale se fasse pour une vraie garantie de la Liberté de la presse afin que cette liberté d’expression soit une réalité et non une vu de l’esprit.

A cet effet, Il est donc plus qu’urgent pour les gouvernants actuels de se surpasser, de penser au Gabon et de se hisser au-delà des clivages partisans pour instaurer un véritable débat sur cette question. 

A défaut de cela, je suggère que nous revenions tout  simplement vers le modèle de la Constitution de 1991 issue de la Conférence Nationale de 1990. Car dans le Fonctionnement actuel de nos institutions, nous restons interrogatifs et dubitatifs. Nous devons, dans nos prises de décisions, penser avant toute chose au Gabon et non à  nous-même ou a nos intérêts personnels. Nous devons cultiver l’amour pour notre Nation mais surtout pour nos compatriotes. Le Rôle des politiques est de répondre et de satisfaire aux besoins populations, cela est un devoir, une obligation, en d’autres termes, une mission à accomplir. Si nous sommes incapables d’accomplir une mission pour laquelle nous avons été désigné, nous nous devons alors  par amour pour  notre pays et pour le respect de nos concitoyens d’en tirer les conséquences qui s’imposent…

S’arrimer aux normes internationales, c’est justement mettre en place les mécanismes qui permettent de garantir une vraie Liberté de la Presse dans notre pays.

Pour terminer à titre d’exemple, nous constatons que depuis plusieurs années,  Reporter Sans Frontières ne cesse d’attirer l’attention de nos gouvernements suites aux non respect des normes internationales en matière  Liberté de la Presse .

Aujourd’hui notre pays est classé à la 115e Place, ce qui est un net recul, une régression significative pour l’image du pays qui, je vous le rappelle a reculé de 7 places au profit d’autres Etats qui contrairement à nous ont fourni des efforts considérables à ce niveau. 

Nous sommes donc appelés à faire un choix celui d’accepter et de continuer à être les derniers de la classe  et ainsi ternir l’image de notre pays ou de faire du Gabon un État où la Liberté de la Presse est une réalité. 

Serge ZENG ANGO, 

citoyen Gabonais, acteur politique, 

Membre du Bureau National, Commissaire National chargé de l’Économie du Tourisme de l’Union Nationale »

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Gabon Media Timehttp://gabonmediatime.com
Gabon Media Time est un site d'actualité dont le slogan est " A l'heure de l'info". Nous entendons réinventer l'actualité en ligne gabonaise et sous régionale.
Street 103 Gabon Gmt

padding-top : 20px;