SEEG: le gouvernement rachète les parts de Veolia

Veolia décrié pour la mauvaise qualité de ses services en France et au USA © GMT

Le contentieux entre Veolia et la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) vient de trouver un épilogue. L’Etat gabonais a racheté les parts détenues par l’entreprise française, rapporte le quotidien L’Union dans sa livraison de ce mardi 19 février.



Privatisée il y a un peu plus de 20 ans, la SEEG redevient une société majoritairement détenue par l’Etat. Le gouvernement a décidé de racheter la totalité des parts que détenait Veolia dans le capital de cette société en charge de la production, du transport et de la commercialisation de l’eau et de l’énergie sur toute l’étendue du territoire.

Cette décision a pour conséquence la renonciation réciproque des deux parties à toute demande et action concernant la convention de concession résiliée par l’Etat. Elles retirent donc le dossier pendant devant le Centre international pour le règlement des différends aux investissements (CIRDI) à Paris.

Les 51% des actions détenues autrefois par Veolia dans le capital de la Société d’énergie et d’eau du Gabon sont cédées à l’Etat, à travers la société de Patrimoine du service de l’eau potable, de l’énergie électrique et de l’assainissement, actuellement dirigée par Ernest Mpouho Epigha. Ainsi se dénoue donc la réquisition opérée par le gouvernement le 16 février 2018 qui se fondait sur « la dégradation de la qualité du service rendu aux usagers, les efforts financiers consentis par l’Etat non suivis des effets escomptés et des plaintes récurrentes des populations », selon le ministre de l’Energie et de l’Eau de l’époque, Patrick Eyogo Edzang.

Laissez votre commentaire