Scandale au sommet de l’Etat : le ministre de la Communication au centre d’une affaire d’infidélité

Parti d’une simple histoire d’adultère et d’infidélité, la liaison entre le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Alain-Claude Bilie-By-Nze et sa collaboratrice Rose Ogouebandja Kpatchavi, semble avoir pris la tournure d’un véritable scandale au sommet de l’Etat. Avec notamment la lettre ouverte adressée au président Ali Bongo par le mari de cette dernière, Noël Hiverto Kpatchavi, et la mise au point de l’une des proches de Rose Ogouebandja Kpatchavi.

Le récit de cette histoire rocambolesque pourrait faire pâlir de jalousie les scénaristes de la célèbre série « Scandal » diffusée sur la chaîne Canal+. Alors que dimanche soir elle semblait n’être qu’un énième ragot diffusé sur les réseaux sociaux, la sortie de Noël Hiverto Kpatchavi fait la lumière sur les tenants et aboutissants de cette affaire qui éclabousse un membre du gouvernement.

Dans une lettre ouverte adressée au président de la république, ce dernier relate brièvement les faits, « Le dimanche 04 décembre 2016  vers 19 heures, je rentrais chez moi  à Okala carrière à Libreville quand, à ma grande surprise, j’ai vu Monsieur Alain-Claude Bilie-By-Nze dans une position inconfortable avec mon épouse, Madame Rose Ogouebandja Kpatchavi, sa collaboratrice au ministère ; dans ma chambre à coucher. Par respect pour votre autorité, vous voudriez bien me permettre de vous épargner des détails » révèle-t-il.

Face à cette situation, il poursuit « j’ai demandé  au Ministre ce qu’il cherchait, à moitié découvert, chez moi avec mon épouse. Aussitôt, une violente altercation s’est déclenchée entre nous deux.  Ensuite, il appela au secours son garde du corps. Ce dernier entra et me menace de son arme devant mes enfants d’à peine 5 ans. N’étant pas préparé à cette éventualité, j’ai dû fuir mon propre domicile pourchassé que j’étais par le garde du corps armé ». On apprend d’ailleurs en consultant la correspondance que ce dernier, qu’après avoir échappé aux hommes de main du sulfureux ministre, s’est réfugié à l’ambassade du Bénin, puis est « parti précipitamment du Gabon vers le Bénin ».

De ce fait, Noël Hiverto Kpatchavi, pour regagner sa dignité et son honneur, en appelle à Ali Bongo, afin de l’aider « à la manifestation de la vérité.  Car un ministre en fonction sous nos tropiques, dans la plupart des Etats africains, est trop influent pour laisser les coudées franches à la justice, pour la manifestation de la vérité » évoque-t-il.

Mais le scandale ne s’arrête pas là, l’autre épisode de cette série intrigante met en scène l’une des proches de Rose Ogouebandja Kpatchavi, en l’occurrence Laetitia Mebaley. En effet, elle s’est pourfendue d’une réponse incisive à l’endroit de Rose qui l’accuse d’avoir orchestré une cabale contre elle. « La nuit du Dimanche 4 au Lundi 5, mon fiancé a reçu un appel aux environs de 23h28, en rentrant de sortie, de Rose épouse Kpatchavi, l’accusant d’avoir appelé son époux Monsieur Noel Kpatchavi, pour l’informer de la présence de son patron à leur domicile. A cela, elle a ajouté que je suis au courant que Laetitia et toi faite une cabale contre moi, vous allez le payer, je ne vous le pardonnerai jamais. Puis elle raccrocha » relate-t-elle.

Déconcerté elle poursuit, « Nous avons ensuite réalisé qu’elle nous accusait, parce que nous habitons dans la même ruelle, d’avoir appelé son mari qui semble-t-il est passé chez elle ». Ayant créé l’Association femmes africaine et pouvoir (AFAP) en collaboration avec Rose Ogouebandja Kpatchavi, Laetitia Mebaley révèle qu’aujourd’hui, « cette dernière décide de me retirer de manière arbitraire de la plateforme whatsapp du Bureau AFAP GABON, en me disant qu’il n’y a aucune obligation de la présence de la présidente fondatrice sur le bureau, décision que j’assume et il n’en sera pas autrement ».

Avant de conclure, « Je sais juste que j’ai beaucoup encaissé, mon mari également donc je mets officiellement un terme à ma relation avec Rose, sa famille et le bureau Afap Gabon ».

Laissez votre commentaire

4 Commentaires

Laisser un commentaire