Rupture d’antirétroviraux: la RDC prête à secourir le Gabon

La directrice de l’ONUSIDA au Gabon Françoise Ndayishimiyé © Gabonactu.com

Face à la rupture de stock de certaines molécules utilisées dans le traitement des personnes vivant avec le VIH/Sida, la directrice de l’ONUSIDA au Gabon Françoise Ndayishimiyé a révélé, sur les antennes de Radio France internationale, que la République démocratique du Congo était disposée à venir en aide à son voisin pour faire face à cette pénurie.  

GABON LIBREVILLE

L’affaire suscite un véritable tollé au sein de l’opinion, qui y voit une négligence du gouvernement et plus particulièrement du ministre de la Santé Me Denise Mekam’ne. Depuis que le coordonnateur de Global fund advocates network (GFAN) Guy René Mombo Lembomba a tiré la sonnette d’alarme sur le danger qui se profilait à l’horizon pour les malades vivant avec le VIH/Sida, aucune communication officielle n’est venue rassurer ces derniers.

S’exprimant au cours d’une conférence de presse la directrice générale de la Prévention du Sida Dr Amissa Briana Bongo Ondimba a tenté de se montrer rassurante. « Il peut arriver qu’une molécule soit en rupture, mais qu’une autre qui a le même rôle serve pour la substituer. Actuellement, c’est ce que nous faisons. Chaque malade doit se rapprocher de son médecin pour savoir si son traitement est disponible ou pas. S’il s’avère que l’une des molécules ne soit pas disponible, il peut avoir à la place, une molécule de substitution », a-t-elle assuré.  

Interrogé sur RFI la directrice de l’ONUSIDA au Gabon Françoise Ndayishimiyé s’est elle aussi voulue rassurante. « Ce matin, dans une réunion à laquelle j’ai participé, on nous a annoncé que la RDC est sur le point d’envoyer des médicaments utilisés par 20 000 personnes vivant avec le VIH/ SIDA au Gabon », a-t-elle indiqué.

L’unique condition posée par le pays de Félix Tshisekedi est que le Gabon s’engage à rembourser rapidement tous les frais engagés pour acquérir et transporter ces médicaments vers le Gabon. Selon la responsable de l’ONUSIDA au Gabon, la transaction serait assurée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) suite à un appel lancé par notre pays en direction de ses partenaires dans la lutte contre cette pandémie.

 

Laissez votre commentaire