mercredi,2 décembre 2020
Accueil A La Une Respect des mesures barrières: Michaël Moussa se paie la tête des...

Respect des mesures barrières: Michaël Moussa se paie la tête des Gabonais en associant Ali Bongo

Moins de deux semaines après la nouvelle communication gouvernementale sur l’allégement des mesures de riposte contre la covid-19 au cours de laquelle, Rose Christiane Ossouka Raponda a appelé au strict respect desdites mesures, Michael Moussa Adamo, ministre en charge de la Défense nationale semble n’avoir pas saisi le message encore moins l’obligation qui est la sienne de montrer l’exemple. Récemment à son domicile, l’homme s’est permis d’organiser une réunion non essentielle, violant les gestes barrières et y associant le nom du chef de l’Etat dans cet acte d’indiscipline notoire et d’irrespect vis-à-vis des Gabonais. 

Quelle conclusion peut-on tirer de l’attitude d’une personnalité politique chargée de faire appliquer les mesures gouvernementales liées à la lutte contre la  covid-19 prise en flagrant délit de violation des instructions du Chef de l’Etat ALi Bongo Ondimba et du Chef du gouvernement Rose Christiane Ossouka Raponda ?  Quel regard doivent porter les parlementaires députés et sénateurs devant un tel comportement d’un membre de l’exécutif dont ils ont la mission constitutionnelle d’en surveiller l’action ? 

Ce sont là, des questions que l’opinion est en droit de poser au président de la République, chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, au Premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda, au président du Sénat Lucie Milebou Aubusson et de l’Assemblée nationale Faustin Boukoubi après avoir pris connaissance des images de l’actuel  ministre de la Défense nationale Michael Moussa Adamo. En déplaçant plus d’une trentaine de « ses frères de la province de l’Ogooué Ivindo » il y a quelques semaines pour remercier le chef de l’État, Ali Bongo Ondimba, pour sa nomination comme ministre de la Défense, Michael Moussa Adamo doit répondre devant l’opinion publique de cette violation flagrante des mesures de riposte pour que « force reste à la loi » comme aime si bien le dire le ministre Lambert-Noël Matha, ministre en charge de l’Intérieur. 

Dans les clichés pris pendant cette réception, on voit le ministre porter le masque sous le menton,  les chaises disposées les unes à proximité des autres, ne respectant aucunement la distanciation physique d’un mètre recommandée par le gouvernement. Manifestement plus de 30 personnes étaient présentes pendant cette rencontre alors que le gouvernement l’interdit. Michael Moussa Adamo en les conviant à cette cérémonie non-essentielle s’est-il assuré de ce qu’ils étaient tous testés négatifs à la Covid-19 ? Ces derniers ont-ils rempli des fiches de renseignements nécessaires au suivi des éventuels cas contacts ? Le fait d’être ministre de la Défense nationale donne-t-il le droit d’agir de la sorte

Ces retrouvailles du ministre de la Défense avec la population ogivine sont manifestement frappées du sceau de l’imprudence, de l’irrespect et par dessus tout, de l’insubordination. L’imprudence au regard du risque qu’il fait courir aux personnes présentes à sa rencontre par cette violation manifeste des mesures barrières, l’irrespect à l’égard des populations gabonaises à qui le gouvernement a imposé le strict respect du port de masque, de l’interdiction du rassemblement de plus de 30 personnes et enfin l’insubordination vis-à-vis du chef du gouvernement et par ricochet, du président de la République qui dit “accorder du prix à la bonne santé” de ses compatriotes

Il appartient maintenant au président de la République, chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, au Premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda, au président du Sénat Lucie Milebou Aubusson et de l’Assemblée nationale Faustin Boukoubi de tirer les enseignements de ce comportement  antirépublicain et surtout indocile du ministre Michael Moussa Adamo dont l’attitude est foncièrement antinomique de celle demandée à ses compatriotes. « Un grand dirigeant commande par l’exemple et non par la force », disait Sun Tzu. Michael Moussa Adamo visiblement semble être plus prompt à faire des descentes nocturnes pour interpeller des individus réfractaires aux  mesures gouvernementales que luimême viole allègrement le jour en y associant le nom du premier citoyen Gabonais.  

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion