Résolution UE : L’URDP exhorte le Conseil de l’Europe d’en tirer toutes les conséquences

Lors d’une récente déclaration, tenue le 8 février 2017 aux Charbonnages dans le premier arrondissement de Libreville, l’Union Républicaine pour la Démocratie et le Progrès (URDP) est revenue sur les résolutions adoptées par les députés européens sur le cas du Gabon. De plus, elle en a profité pour réaffirmer son soutien à Jean Ping.

Les gabonaises et tous les gabonais, épris de paix et de liberté à l’instar de tous  les militants de l’Union Républicaine pour la Démocratie et le Progrès, parti politique de l’opposition, ont accueilli avec beaucoup de ferveur la résolution adoptée très majoritairement par les Eurodéputés, le jeudi 02 février 2017 à Strasbourg», a affirmé le Dr Jean Marcel Malolas, Président de l’URDP. «Sur 647 membres présents à cette auguste assemblée, 553 ont voté pour cette résolution, 66 contre et 28 abstentions» , a-t-il poursuivi.

Pour ce parti politique de l’opposition, cette résolution des eurodéputés est considérée comme une victoire. «L’URDP s’associe au peuple gabonais pour saluer cette victoire qui rétablit et consolide la vérité des résultats sortis des urnes le 27 août 2016 et qui confirme la victoire éclatante du Président Jean Ping», souligne le président dudit parti.

En outre, depuis la période post-électorale, on constate la mobilisation du peuple gabonais, notamment, de la diaspora gabonaise à l’étranger. L’URDP appelle donc «ce même peuple à poursuivre la résistance jusqu’à l’instauration de la Nouvelle République». En outre, «L’URDP salue la détermination du peuple gabonais dans cette lutte pour la reconquête des libertés, droits fondamentaux, de la justice et du progrès social» .

De ce fait, «L’URDP exhorte respectueusement le Conseil de l’Europe à tirer toutes les conséquences du vote massif par le parlement de ladite résolution, pour permettre au Gabon d’entrer dans le concert des nations démocratiques, et au peuple gabonais de recouvrer sa pleine souveraineté ».

Enfin, Contrairement à certains partis politiques, favorables au dialogue prôné par Ali Bongo Ondimba, l’URDP a clairement montré sa volonté de ne pas y aller. En effet, «S’agissant du dialogue annoncé par le pouvoir en place, l’URDP tient à rappeler qu’il a pris une part active au Dialogue National pour l’Alternance organisé par la Coalition pour la Nouvelle République que dirige son Excellence Monsieur Jean Ping».

C’est fort de cela que Théophile makita Niembo, précédemment 1er Vice-président, a été exclu dudit parti, conformément aux «articles 9 des statuts et 5 et 6 du Règlement Intérieur» car ce dernier a décidé d’aller au dialogue et donc, d’aller à l’encontre de la volonté du parti.

Laissez votre avis