Résolution de l’UE / Billie By Nze : «Les députés européens ne sont pas élus par les populations gabonaises»

C’est à la faveur de la traditionnelle conférence de presse qu’il a animé ce vendredi 03 février à la maison George Rawiri, que le ministre de la Communication, Porte-Parole du gouvernement, Alain Claude Bilie-By-Nze, a réagi à l’adoption par le parlement européen d’une résolution sur la crise socio-politique au Gabon. Il a fustigé l’acharnement dont fait preuve les eurodéputés depuis la fin du processus électoral.

Suite à l’adoption par le parlement européen d’une résolution sur le Gabon, qui dans son contenu revient très largement sur l’élection présidentielle du 27 août 2016,  jugeant « les résultats de l’élection présidentielle de 2016 au Gabon non transparents et hautement douteux » et de ce fait, remettant en cause « la légitimité du Président Bongo», le porte-parole du gouvernement, Alain Claude Bilie-By-Nze a fustigé le comportement de certains eurodéputés, qui, selon lui, font preuve « d’activisme et d’un zèle que rien ne peut justifier».

Il a rappelé par la suite que « les députés européens ne sont pas élus par les populations gabonaises et que de ce point de vue rien ne leur donne le droit de décider qui est démocrate et qui ne l’est pas ».

Poursuivant son intervention, en tantinet panafricaniste de circonstance, il s’est montré critique concernant l’ingérence de l’Union européenne dans la politique africaine : « rien ne leur donne le droit de distribuer les bons aux peuples africain sauf à considérer que du seul fait d’être député européen, qu’ils exerceraient une sorte  d’ascendance morale sur les peuples du monde entier », a t-il martelé.

En outre, il a relevé, concernant l’Accord de Cotonou qui lie plusieurs pays africain à l’Union Européenne, que le gouvernement envisageait en représaille aux sanctions qui pourraient être prises par le Conseil européen qu’ils se retireront, indiquant que « nous allons examiner toute l’implication de cette accord et nous déterminerons en temps opportun si nous devons poursuivre cette coopération».

Ainsi, Alain Claude Bilie-By-Nze a déclaré que le Gabon rejetait cette résolution injustifiable, menaçant presque de manière voilée de rompre les relations de coopération avec l’Union européenne.

Laissez votre commentaire

6 Commentaires

  1. C’est incroyable ! Voilà un gouvernement parfait qui n’a jamais eu tort dans toutes ses actions. Du jamais vu ! D’abord on argumente que le Gabon ne faisant pas partie de l’UE, cette dernière ne peut prendre aucune sanction contre le Gabon. Maintenant que les sanctions approchent on nous dit que les députés européens ne sont pas élus par les gabonais, comme si un seul gabonais dans ce pays l’ignorait ? Où voulez vous donc en venir ? Je me demande vraiment si tout ceci émane d’un gouvernement ou c’est plutôt l’oeuvre d’un seul individu, qui plus est manque totalement d’arguments ? Quand on n’a rien à dire au peuple on se tait.

  2. je pense que les réponses données par le porte parole du gouvernement sont tres judicieuses car les eurodéputés sont entrain de faire dans l’ingerance.le gabon est pays souverein que je sache.alors ,s’il faudra bien des reactions,j’estime que ce sont les pays de la sous régions qui devraient réagir et non les députés européeens…ils ne jouissent aucun droit sur le gabon…Qu’ils arretent de nous distraire

  3. C’est une grossiere erreur que de laisser une fois de plus les occidentaux s’ingerer dans le devenir du peuple gabonais et de l’afrique ,nous connaissons tous l’issu des dernieres joutes electorales !Avez vous une idee de la contre parties de cette ingerance ?sachant que les blancs ne font jamais rien pour rien !

Laisser un commentaire