Requiem pour une âme hantée: l’oeuvre torturée de Mayft Nzaou

Requiem pour une âme hantée, Mayft Nzaou © Éditions Jets D’Encre

Constamment envoûtée par des pulsions de grandes violences, refoulées, une attitude qui semble agacer cruellement Edmée, qui pour la énième fois lui a tourné le dos, contrairement à Michelle, son amie de toutes épreuves qui le comprend et sait apaiser ses angoisses sans rien exiger en retour.

Déstabilisé, sombre et sensible, Nathaniel est un jeune adulte taciturne, qui occupe son temps entre sa console de jeux et les pages de son roman Crimes et Châtiment, dans son canapé. Lui qui ne supporte ni les caprices, ni les reproches d’Edmée, sans doute sa compagne, se lasse de la voir revenir après chacun de ses départs. «Tu étais pourtant partie, pourquoi es-tu revenue? Tu aurais dû y rester, où que ce soit, au moins j’aurais été débarrassé de toi», lui crie-t-il d’une vive violence.

Professionnel du comportement, Mayft Nzaou, livre une oeuvre teintée d’un grand réalisme, certes poétique mais tout de même déconcertante, qui met en lumière la violence très souvent refoulée de la fin de l’adolescence.

Publié aux Éditions Jets D’Encre, Requiem d’une âme hantée est le deuxième roman de l’auteur. Pourtant celui-ci est son premier manuscrit achevé, commencé alors qu’il avait encore 23 ans. Le gabonais, consultant en changement organisationnel, nous embarque dans un tourbillon d’émotions dans son oeuvre que nous vous invitons à découvrir sans modération.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire