Reporters sans frontières condamne la suspension des médias par la HAC

© D.R

L’organisation non gouvernementale Reporters sans frontières (RSF) qui assure la promotion et la défense de la liberté d’informer et d’être informé partout dans le monde vient de condamner la suspension des médias effectuée par la Haute autorité de la communication (HAC).

La condamnation de l’ONG Reporters sans frontières intervient 24 heures après que la Haute autorité eut décidé de suspendre d’une part la chaîne publique française France 2, pour avoir rediffusé le documentaire intitulé «Le Clan Bongo, une histoire française» réalisé par l’équipe de rédaction de l’émission «Complément d’enquête», et d’autre part le tri hebdomadaire Echos du nord.

Pour le responsable du bureau Afrique de RSF, Arnaud Froger la position de cet organe est incompréhensible soulignant que «la HAC se trompe de combat et se discrédite». Un discrédit qui met en évidence la proximité de l’institution avec le pouvoir exécutif puisque les deux médias sont sanctionnés pour avoir enquêté et diffusé des éléments concernant le pouvoir en place.

La chaîne France 2 voit donc ses programmes suspendus sur tous les bouquets satellites disponibles au Gabon pendant un an et Echos du nord déjà habitué à la censure, est quant à lui, privé de parution durant un mois..

D’ailleurs lors de la publication de son classement des pays du monde selon le niveau de liberté de la presse, qui classait le Gabon à la 108ème place, l’organisation tirait déjà la sonnette d’alarme sur les restrictions faites aux médias.«Qu’ils soient privés ou publics, les médias voient leurs subventions réduites par le gouvernement. Résultat, les médias manquent cruellement de ressources et de moyens. Sous le régime d’Ali Bongo, la culture d’une presse indépendante n’est pas encore établie, la majorité des publications est partisane et l’autocensure largement pratiquée», commentait le rapport de RSF.

Laissez votre commentaire