Rentrée universitaire : le Snec gèle les cours

Alors que la mesure d’augmentation des frais d’inscriptions dans les universités et grandes écoles semble désormais être consommé par les étudiants, un nouveau front vient d’être ouvert. Le Syndicat national des enseignants chercheurs (Snec) a décidé du gel des activités jusqu’à satisfaction de leurs revendications.

C’est à l’issue d’une assemblée générale regroupant les enseignants-chercheurs des universités et grandes écoles que le mot d’ordre a été donné : «pas de démarrage de cours ni de soutenances»; nous rapporte l’hebdomadaire Moutouki dans sa livraison N°95 du 16 novembre 2017. Un gel total des activités qui trouve sa raison dans le non paiement des vacations et l’augmentation du taux horaires.

Ainsi, Jean Rémy Yama, président du Snec a «conditionné la poursuite des soutenances et la rentrée académique 2017-2018 au paiement intégral de toutes les sommes dues aux enseignants-chercheurs dans le cadre de leurs vacations des années antérieures».

En outre concernant l’arrêté du ministre de l’Enseignement supérieur «qui augmente le taux horaires de chaque enseignant, et les services dus par ces enseignants ainsi que l’interdiction de grève dans le secteur de l’Éducation et de la Santé», les syndicalistes ont catégoriquement exprimé leur refus de voir celui-ci s’appliquer, jugeant qu’il était un énième coup de massue sur les libertés et droits fondamentaux dont le droit de grève qui est garanti et encadré par la loi fondamentale.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire